Mon modem en WE à Venise… mais nous on mange dehors.

Pfoulala, toujours pas d’internet…

RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!

Ils ne se rendent donc pas compte ???? De sombres histoires douanières font que mon modem passe son WE en Italie. Super non ? Je suis aussi très heureux pour lui, mais nous, on a besoin de lui ICI ! Date d’arrivée prévu, le 5 ou 6 mai !!!!!!! Encore 10j. Ils me tuent ces gens là. Evidement, ce n’est pas la faute du serveur, mais du cuisinier, et ça commence à bien faire… Tous mes comptes, professionels compris, ont viré au rouge vif. Sat2Way, mon fournisseur futur d’un hypothétique réseau internet me confirme aussi qu’ils préféreraient me savoir connecté car, avant cela, je ne paie pas d’abonnement (encore heureux), et que donc, ils ont une quarantaine de clients qui ne leur rapporte rien. Soit. Mais moi, en attendant, je paie des agios et creuse un trou dont il va commencer à être difficile de sortir, car les cotisations sociales obligatoires, taxes professionelles at autres facéties fiscales, elles, n’attendent pas un modem foireux. Mais ça, mon fournisseur d’accès ne peut rien y faire… Ils me gavent. :o((( Moi qui avait fait toutes les demandes à temps, et qui d’ailleurs ait reçu le matériel à temps, dont un modem défectueux :o/ C’était il y a deux mois déjà :o(

2 mois… :o/

La souris du jour… La souris du jour...

Bon, au moins en attendant, je me muscle comme un petit fou. Le nombre de tuyas ne cesse de diminuer, et ce n’est pas ces quelques malheureuses photos qui décrivent la vigueur nécessaire pour déraciner ces décagénaires (environs une trentaine d’année). En effet, la bataille est rude parfois, et certaines racines font bien plus de 12 cm… Ma pioche de cantonier est déjà rentabilisée :o)

Les premières buttes sont terminées au potager. J’en ai fais deux pour l’instant, histoire d’en tester le fonctionnement. Nous allons pouvoir comparer. Ma pioche de cantonier se rentabilise encore, mais la bêche s’avère néanmoins indispensable aussi. Espérons que je n’en aurais pas trop à faire, car cela m’a demandé quand même pas mal de boulot (2j pour deux buttes). Bon, je n’ai pas lésiné non plus sur la hauteur de ces buttes, mais cela nous permettra vraiment d’avoir un point de vue différent, au sens propre du terme, sur nos cultures. Pour les enfants, cela les rapproche vraiment du plant, et cela devient beaucoup plus intéressant à observer. Et pour notre dos, incomparable car le sol est bas, ne l’oublions pas :o)

Récapitulons donc les avantages des buttes :
– sol moins bas
– meilleure et originale observation des plants
– meilleure régulation de l’hygrométrie par capillarité (l’eau monte dans la butte par en dessous en fonction de ses besoins, comme une mèche dans une lampe à huile), et en sol humide comme par ici, c’est indispensable. Ca fonctionne aussi en sol sec (Lespinasse (Le jardin naturel), dont nous nous sommes inspirés sur ce point jardine près de Bordeaux).
– Les buttes sont orientées nord-sud, le soleil levant réchauffe donc les buttes par les côtés plus rapidement que si le potager était à plat. Donc les buttes sont chaudes et humides, c’est mejor pour las plantas :o)… Idem pour le couchant qui les maintient un peu plus longtemps sous ses doux rayons fatigués :o)
– JM Lespinasse pose même des planches entre ses buttes pour s’assoir dessus et travailler sans trop d’efforts… Pas testé encore, mais pourquoi pas ?

Bon, ce qui me motive, c’est qu’une fois faites, je n’aurai plus à les faire :o)

Voilà déjà pour les deux premières :

Nous faisons vraiment beaucoup de choses chaque jour, et si je ne les note pas tous les soirs, en fait, je n’arrive plus qu’à les résumer, quand je m’en souviens, en une ou deux phrases, et cela perd vraiment tout son sens car à me lire, on peut légitimement se demander ce qu’on peut bien faire de nos journées :o)

En tout cas, hier, c’était thuyas et buttes. aujourd’hui, c’était thuyas, repas à l’extérieur sous un beau soleil ( navet croque au sel, radis et coeur de choux fleur (non, faut pas le jeter, c’est délicieux cru), en salade (petits navets, carottes et pomme rapées, batavia, oignon, ail et échalote et graines de lentilles germées. Le tout accompagné par de la quinoa avec chou pointu émincé revenu avec des oignons…. bref, c’était copieux et bon.

L’idéal pour nous préparer à la promenade à pieds sur la colline d’en face. Un promenade très sympa, jolie et bucolique. Sans compter la visite de la maison d’en face, que j’aime beaucoup photographier de chez nous…

Retour à la maison. Un peu de tonte de l’herbe. Vu la surface, mon emploi du temps et le diamètre de coupe de ma tondeuse, il me faut plusieurs jours :o)

Boui boui, je sais, c’est pas bien passionnant ce que je raconte, mais vu le nombre de lecteurs actuel (sans internet, c’est vite vu), c’est plus du journal intime presque qu’autre chose. Alors je préfère pas trop parler :o)

Surtout que là, pour l’instant, j’écris dans un pauvre fichier .txt sans mise en page ni rien… Je m’y retrouverai mieux avec des logiciels plus spécifiques, une fois online. Si je le suis un jour :o)

Laisser un commentaire