France-Inter coupe le son. Moi aussi.

La direction de France-Inter a décidé de censurer encore un peu plus l’info qui circulait hors de son contrôle sur nos ondes publiques !
J’ai dit publique, pas libres ! La preuve. Merci Jean-Luc Hees.

Même si les chroniques de didier porte ressemblaient de plus en plus à une revue de presse du canard, cela n’en restait pas moins une voix qui dénonçait ce que d’autres tentaient de cacher. C’était parfois drôle, parfois pas, peu importe. Il y avait une voix. C’est suffisamment rare pour un pays qui se dit respectueux des droits de l’homme et défendeur de la liberté des peuples

Moi, ça m’a laissé pantois sur le coup ce licenciement, même si c’est vrai, ça dérapait aussi parfois. Pantois, pas parce que j’appréciais cette chronique et l’écoutais parfois quand je le pouvais et que du coup maintenant il n’y aura plus personne à écouter, mais parce que j’y trouvais aussi un espace de liberté où enfin on entendait quelqun qui complétait un peu l’info qu’on entend bien formatée dans nos journaux. Ce complément d’info a aujourd’hui disparu de France-Inter. Presque de toutes les ondes d’ailleurs. Qui reste t-il sur nos radios ? quelques imitateurs ? Qui va aller déranger tous ces foutus crabes dans le panier maintenant ?

Alors voilà, encore une étape de franchie. On veut revoir les cours d’histoire et de géographie, on réforme la justice à sa manière, on supprime certaines subventions culturelles et associatives, on maintient ses petits privilèges ancestraux (didier porte signalait encore récemment que le changement des régimes (de retraite) de nos bedonnant décisionnaires politiques n’était pas vraiment à l’ordre du jour par exemple), on écrête les voix dérangeantes. Bref, on se radicalise encore un peu plus. Manquerait plus qu’on rende l’école obligatoire en France, comme Hitler l’avait fait en Allemagne, on devine pourquoi, et le tableau sera complet.

Alors, comme je ne peux pas faire grand chose à part soutenir comme je le peux tous les espaces de liberté possibles, à commencer par le contre-pouvoir le plus grand, le monde associatif des particuliers, je ne peux que transmettre une fois de plus ma crainte de la société que nous sommes qui est en train de se bâtir. Chaque semaine qui passe, les jours passant trop vite, on supprime un truc par ci, un truc par là. On entend des petites choses de-ci, de-là. Ça bougeotte. Lentement mais sûrement. Mais vers quoi ?

Téléchargé 751 fois

Matin Brun - PDF - 52.41 KB

En attendant, je vire France-Inter de ma programmation radio quotidienne, pas de raison que j’écoute une radio dirigée par des gens qui coupent ce genre de voix.

On aurait viré Coluche aujourd’hui. Mais à l’époque, on n’aurait pas laissé faire.

http://www.leblogtvnews.com/article-didier-porte-sur-france-inter-je-suis-vire-soutien-de-stephane-bern-52816448.html
http://www.liberation.fr/medias/0101643026-stephane-guillon-vire-de-la-matinale-de-france-inter
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/06/23/didier-porte-renvoye-de-france-inter-par-philippe-val_1377652_3236.html
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/06/23/97001-20100623FILWWW00664-joly-denonce-l-eviction-de-guillon-et-porte.php
http://www.starwizz.com/didier-porte-vire-bern-pourrait-demissionner-64935

4 réponses sur “France-Inter coupe le son. Moi aussi.”

  1. Hello

    Tres d’accord avec toi sur tout, mais attention aux dérapages :

    « Manquerait plus qu’on rende l’école obligatoire en France, comme Hitler l’avait fait en Allemagne, on devine pourquoi, et le tableau sera complet.  »

    Ne mélangeons pas tout… Tu ne peux pas associer Hitler et l’école, qui reste encore parfois un endroit ou on peut discuter, rencontrer des contestataires et des gens qui se battent pour que nos enfants ne soient pas formatés, justement.

    Je t’embrasse fort,

    1. Tu ne peux pas associer Hitler et l’école, qui reste encore parfois un endroit ou on peut discuter, rencontrer des contestataires et des gens qui se battent pour que nos enfants ne soient pas formatés, justement.

      Hello !

      Ce que tu dis est vrai, jusqu’à ce que l’école devienne (je ne l’espère pas) obligatoire. D’où ma phrase.
      Adolph avait justement pensé, qu’en créant les jeunesses hitlériennes obligatoires, plus possible d’échapper au lavage de cerveau. C’est le soucis à partir du moment où l’on rend obligatoire quelque chose, plus possible en théorie d’y échapper, sans enfreindre un règlement quelconque du moins, il nous restera toujours cette liberté là ! Or, pour l’instant, l’instruction en famille est heureusement légale, en France en tout cas. Pour une fois que je ne la pointe pas du doigt en dénonçant une privation de liberté supplémentaire ^_^
      Ne sursautons pas en entendant dans ma même phrase le nom d’Hitler et celui de l’école, car ils sont liés historiquement ensemble. D’ailleurs, AH n’était pas le 1er à s’intéresser aux enfants pour leur bourrer le mou, c’est juste que lui a rendu le bourrage de mou obligatoire.
      Par exemple, lors des dernières présidentielles, c’est madame Ségolène Royal, notez comme je reste poli, qui avait proposé de rendre l’école obligatoire justement. Ses motivations étaient différentes, en ce sens qu’elle le souhaitait que tous les enfants de France aient la même chance que les siens d’accéder à l’éducation. Au delà de cette explication un peu trop simpliste et carrément naïve, il était bien question de supprimer une liberté importante pour des milliers de familles. Il était bien question d’obliger tous les parents de France, qu’ils soient d’accord ou non, à envoyer leurs enfants se faire bourrer le mou dans une institution déjà largement surchargée et en sous-effectif.
      Voilà, notons que je place Ségolène et Adolph dans le même texte, espérons que cela n’en fera pas trop sursauter ^_^

      Antoine

      1. en fait pour être claire (oui oui je trouve tout cela un peu embrouillé, pardon Antoine!), en son temps c’est Hitler qui a rendu l’école obligatoire en Allemagne, pour les raisons qu’on peut facilement comprendre. (L’école y est malheureusement toujours obligatoire, mais heureusement très diversifiée aujourd’hui quant aux pédagogies; néanmoins, la liberté de ne pas scolariser son enfant n’y existe pas. Certains changent de pays pour cette raison, d’autres alternent entre procès et condamnations en refusant de scolariser leurs enfants. Et il me semble que selon les régions, certaines sont plus tolérantes que d’autres à propos de la non scolarisation.)
        Ceci dit, à mon avis l’ouverture d’esprit que tu trouves à l’école, Marion, n’existe que parce qu’il est possible de ne pas scolariser. Rends l’école obligatoire aujourd’hui en France, et il n’y aura plus de critique possible.
        Bises, Roxane
        ps: mais où sont les smileys???

  2. Grand débat que nous pourrons bientôt mener de vive voix ! :o)

    L’ouverture d’esprit que je trouve à l’école est alimentée aussi de la population qu’on y trouve.

    Même si je regrette qu’il n’y ait pas plus de mixité chez nous, mes filles apprennent « l’autre » et découvrent par elles-mêmes l’existence d’autres religions, façons de penser, structures familiales, idées, cultures,… que je ne pourrais pas toujours leur apporter ne les connaissant pas.

    Elles découvrent le racisme (anti-blanc, pour le coup), l’intolérance et l’injustice. Ca fait mal, mais la vie n’est pas toujours juste.
    Et en abordant tout cela a la maison ensuite, elles grandissent en sachant qu’elles ne veulent pas d’une société comme celle-là, et seront là pour faire évoluer le monde.

    Et c’est là ou nous nous rejoignons, simplement par des chemins différents !
    :o)

    Et personne ne peut affirmer qu’un chemin est meilleur qu’un autre car il y a autant de solutions valables qu’il y a de familles et de visions du monde qui se retrouveront dans un chemin ou un autre.

    ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *