Le Bief en version Instagram

Oui, bon, en fait, ce sera une version locale et paysanne d’Instagram 1, c’est à dire un partage d’images mais sur un bon vieux blog à papa! ^_^

DSC08395

Oui, c’est aussi ainsi que je le vois finalement, un blog à papa. Pas seulement pour le côté familial et amateur, mais j’estime que ce site est aussi assez austère graphiquement, d’une certaine manière en tout cas, que ma cyberboutique http://www.couillaler.fr ! Si, si! Je l’assume. ^_^

Par rapport à d’autres, autant dire qu’on a affaire ici à un décorateur numérique assez simpliste. :)

Par manque de temps, mais aussi parce que, je l’assume aussi, je me contente, oui, de thèmes par défaut, ou de codes HTML assez anciens et assez simples. Les choses simples me vont aussi assez bien finalement. Je le suis moi-même sous bien des aspects.

On dit ici que c’est mon côté Grompf, pour ce qui est de la finesse à propos de certaines choses… Grompf_1

L’avantage c’est qu’ainsi, malgré ce temps numérique qui passe encore plus vite que le temps réel, le site fonctionne toujours assez bien, techniquement, et vole au-dessus des mises à jour sans subir les affres des correctifs alors appliqués.

On dit aussi souvent que les choses simples sont celles qui fonctionnent le mieux.

Cela dit, on dit souvent des choses et ce n’est pas toujours vrai! ;)

Bon, pour en revenir à nos moutons, si je veux que ce site continue d’avancer un peu, il faut que je m’y mette. Je dois dire que le temps manque beaucoup pour maintenir ce site. Oui, je le dirais à chaque message sur ce blog, mais comme ils sont espacés de plusieurs semaines  chacun, disons que je ne le dis pas en réalité si souvent! ;)

Je me suis encore demandé si je devais le maintenir tout simplement vivant, si je ne devais pas plutôt le fermer et m’ôter ceci de mes listes de choses à faire. Mais, à chaque fois, je me dis qu’il y a tout de même une finalité à cela, un but, un projet, des vies. Alors, même si tout n’est pas passionnant, il y a tout de même une chose importante, c’est de savourer le plaisir de voir Le Bief évoluer au fil des années, de voir que des choses verdoyantes continuent de s’y dérouler.

Alors, poursuivons notre avancée dans le temps et voyons aujourd’hui comment se passaient les choses en mai 2014… Oui, malgré mon retard important sur ce blog, je vais continuer à maintenir cette chronique sans sauter toutes ces étapes photographiées.

En vrac, mais avec des commentaires plus détaillés, il sera question d’une modification importante sur la tondeuse autoportée Snapper 13/72 puisque, cette fois-ci, j’ai fait installer des pneus agraires à l’avant (oui, bon, cette modification, les plus attentifs d’entre vous l’auront déjà corrigé, avait déjà eu lieu plusieurs mois avant, mais je n’en avais jamais encore parlé ici, alors je le cale en mai, voilà! :) ). Ce n’était pas si simple, il aura déjà fallu que mon génial installateur trouve une telle référence de pneus aussi petits, puis qu’il découpe un peu le châssis de la tondeuse pour que les roues ne frottent pas dans les virages. Car si l’installation de pneus arrières agraires avait déjà apporté un plus vraiment certain, l’accroche était telle, justement, que je partais tout droit dès que les roues avant patinaient un peu, ce qui me faisait faire des manoeuvres supplémentaires pour revenir sur le bon chemin.

DSC08356

Avec ces roues, la tenue de route est impeccable, les virages sont plus serrés, et ce, même sur l’herbe bien mouillée. Je pense aussi que l’économie d’essence n’est pas négligeable avec le temps. Ça augmente aussi les vibrations sur la machine, mais je passe tellement partout maintenant que ce désagrément est bien faible comparé aux avantages d’une telle configuration.

DSC08372

On verra aussi, parmi ces photos, les buttes potagères du haut, avec les plantations du mois de mai de cette année 2014.

DSC08385

Et puis bien entendu, le projet de l’année, enfin de plusieurs années en fait, passées et à venir : Le Verger Conservatoire et Fourrager du Bief. Oui, ce sont une bonne soixantaine d’arbres fruitiers et fourragers aujourd’hui! Répartis sur trois parcelles sur environs 1ha.

Autant vous le dire à l’avance, cela implique aussi une certaine intendance aujourd’hui!
Pour faire un aparté sur la situation en cet été 2015, la sécheresse, la canicule et les rongeurs sont de bonnes raisons qui expliquent aussi mon absence sur ce blog. Car arroser 60 arbres, sur lesquels il faut aussi intervenir, selon les saisons, soit contre les pucerons, soit en détruisant manuellement les galeries des innombrables rongeurs qui infestent toutes les terres arrosées en ces mois de disette, c’est bien 5 bonnes minutes par arbre une ou deux fois par semaine, faites le calcul, mais ça finit par prendre du temps sur un emploi du temps déjà chargé. Mais je reviendrai sur ces points le moment venu… J’ai des photos! :)

Pour l’instant, nous sommes encore en mai 2014, en pleine réalisation de notre projet, commencé il y a un certain temps.

Qu’allons-nous encore voir sur ce diaporama? Ah oui! La nouvelle acquisition du Bief, cette remorque agricole trouvée pour pas cher que je compte fixer à la tondeuse Snapper et ses 13CV! Mais avec ses beaux pneus pour mieux tracter le bouzin. :) L’idée est de m’en servir pour l’arrosage des vergers (et aussi de m’en servir comme remorque pour les travaux agricoles et futures récoltes), car je galérais, en mai 2014 avec cela. C’était ambiance Interville avec arrosage à la brouette à travers champs! Des épisodes joyeux que je vous conterai un peu plus tard, pour l’instant, il faut modifier le timon de la remorque pour l’adapter à un système à fixer sur la tondeuse! Oui, encore une bidouille faite intelligemment par notre ingénieur Snapper local.

DSC08400

Et puis quelques photos ensuite pour voir que les abeilles se portent toujours bien sur ce mur enduit par l’extérieur avec une couche isolante en terre-paille avec finition chaux.

DSC08410

Ah, et des photos de verdure aussi… parce que c’est important la verdure!

  1. http://www.instagram.com où on peut lire :

    Capturez et partagez les meilleurs moments du monde entier

    Instagram est une manière simple et gratuite de partager votre vie et rester en contact avec d’autres personnes.

    Prenez une photo ou enregistrez une vidéo, puis personnalisez-la avec des filtres et des outils de création. Publiez-la sur Instagram et partagez-la instantanément sur Facebook, Twitter, Tumblr et autres. Ou envoyez-la sous forme de message privé. Trouvez des personnes à suivre en fonction de vos intérêts et rejoignez une communauté qui va vous inspirer.

Isolation façade nord… 9/x

mmmm…. devinez de quelle période nous approchons ?

Citrouilles d'Halloween

Oui, bon, facile…. Octobre ?

Oui, mais cet octobre-ci date encore d’avant. D’un certain mois d’octobre 2013!

Il régnerait ici une certaine instabilité temporelle que je ne m’en étonnerais pas trop..

Cela dit, vu que nous sommes en réalité bientôt en octobre 2014, j’ai donc une année d’articles d’avance, en fait!

Continuant, bien sûr, à photographier les nombreuses évolutions par ici, j’ai ainsi en ma possession de quoi satisfaire la soif insatiable de cette sempiternelle page blanche et vide qui pourtant nourrit tant de nos esprits. C’est pas mal. Ah ça oui! Beaucoup de rédacteurs, de producteurs ou de scénaristes aimeraient bien pouvoir en dire autant, un an d’avance !

Dire qu’il me suffit d’avoir un an de retard! ;)

Nyak Nyak
Nyak Nyak

En plus de cela, cela me permet aussi de voir que, depuis ce temps-là, quand je reprends ces photos datant d’un an, certaines choses ont bien bougé. Et d’autres pas trop, comme ces articles que je n’arrive jamais, ou presque, à faire court. ^_^

En tout cas, on peut trouver des choses positives partout, c’était ça le message!

En ce mois d’octobre 2013, donc, en plus de courgicides, c’est l’heure de faire un joli test de colorimétrie, comme ceux que l’on voit dans les magasines ou les livres sur le bricolage.

Le tout est d'arriver à imaginer ces échantillons sur un mur de 65m2... :o/
Le tout est d’arriver à imaginer ces échantillons sur un mur de 65m2… :o/

Même si de vieux petits démons resurgirent à la fin du chantier, avec de vieilles rengaines, autrefois redondantes et trimestrielles, « Manque de rigueur! », « Peut mieux faire! » ! Éternels et inatteignables objectifs, car sans cesse repoussés vers un lointain et flou paysage doré promis par nos percepteurs d’alors. Parce qu’on peut toujours mieux faire.

Nyouk Nyouk
Nyouk Nyouk

De fait, sûrement parce que je suis aussi comme cela, et qu’il faut aussi plutôt y trouver du positif, et surtout parce que je préfère juger moi-même de ce genre de choses (attendant plutôt de mes instructeurs des encouragements, qui ne venaient bien souvent, ou plutôt que trop rarement, hélas, seulement tartinés parfois sur le papier avec les mêmes laconiques inconsistances verbales qui revenaient année après année), et parce que j’ai demandé ce qu’il pouvait en être à un maçon confirmé, le temps devrait patiner un résultat final que nous jugeons très beau, mais aussi avec des variations de couleur.

Oui, c’est une bien longue phrase pour dire qu’il faudrait que je m’organise différemment, ou plus rigoureusement, pour les pesées des colorants utilisés (ocre et terre de Sienne).

Les trous causés par les accroches (nécessaires vu la hauteur de l’échafaudage et le fait que je n’aie pas le matériel pour étamper de manière sécurisée un édifice si haut et si lourd) sont au final, une fois toutes les couches superposées appliquées, assez larges.

Le souci posé par les accroches de l'échafaudage sera l'épaisseur de mortier nécessaire pour les boucher.
Le souci posé par les accroches de l’échafaudage sera l’épaisseur de mortier nécessaire pour les boucher.
Le mortier et l'enduis par dessus ont séché depuis... vous verrez les photos prochainement...
Le mortier et l’enduit par dessus ont séché depuis… vous verrez les photos prochainement…

Vous l’avez compris, pour ceux qui ont lu jusqu’ici, qu’il s’agit ici de traiter de l’application de la dernière couche d’enduit, sur notre isolation extérieure en terre/paille/chaux.

Reprenons par le début...
Reprenons par le début…

Cette dernière couche est une couche simplement composée de sable fin (0-2mm) et de chaux et d….

Oh, et puis, en fait, cette recette a déjà été écrite, et par celui qui me l’a donnée qui plus est, autant lui rendre ce que je peux lui donner maintenant :

Vous voyez d’ailleurs la bande jaune sur la gauche de la photo ci-dessus ? Il s’agit de notre grande façade est, isolée par l’extérieur sur toute sa longueur avec le procédé ISOSAINTASTIER®. Oui, j’y viendrai dans un prochain article, mais sachez en tout cas que ce très efficace procédé d’isolation extérieure, à base de blocs de chaux naturelle, a été joliment et efficacement posé par la société SARL BÂTISSE, que je ne peux que recommander encore, vraiment, et sincèrement!

Notez que ce mélange est celui adapté aux matériaux utilisés ici, il faudra peut-être l’adapter chez vous.

« Pour tes enduits de finition:

  • Un volume de chaux aérienne
  • Trois volumes de sable 0/2
  • 2% du poids de chaux d’ocre jaune
  • 1% du poids de la chaux de terre de Sienne

Mélange des ocres et de la chaux à sec.
Puis incorporer l’eau (quantité variable en fonction de l’humidité du sable).
Puis incorporer le sable.

Bien mouiller le mur avant et pendant.

Choisir plutôt un jour froid et humide, tu auras plus de temps pour le travailler et tu sueras moins! [ndantoine: ce qui, en ce mois d’octobre, dans notre bien-aimé Brionnais, heureusement ici, ne manque pas trop]

Pour les fixations d’échafaudage on les rebouche généralement à frais en démontant après avoir enduit tout le mur.

On évite surtout d’en avoir trop!

Épaisseur de l’enduit environ 6/8 mm. »

Voilà.

Il n’y avait plus qu’à !

Et c'est reparti pour de longues et agréables caresses... bon, un peu longues quand même... :)
Et c’est reparti pour de longues et agréables caresses… bon, un peu longues quand même… :)

J’abrège le reste en images… Il serait trop long de tout raconter ici, je vais tenter de résumer tout cela dans les commentaires photo.

Le retour des Z’abeilles !

Oui, oui, les revoilà déjà ! Mais de quoi ? De qui ?

Ben, les abeilles dans le plafond de notre salle de bain, bien sûr ! ^_^

Un joyeux et bourdonnant retour !
Un joyeux et bourdonnant retour !

Mais qu’est-ce que c’est encore que cette histoire ???

Pour résumer l’affaire, nous avons, pour la deuxième fois, un essaim d’abeilles qui est venu s’installer au-dessus des planches du plafond de notre salle de bain, en dessous du plancher des combles. Plancher sur lequel reposent depuis plusieurs années maintenant une bonne quarantaine de centimètres de ouate de cellulose, l’isolant que nous avons choisi pour le haut (les combles n’étant pas utilisés, et ne le seront pas). Autant dire que ces abeilles, entre le plafond de la salle de bain et ses températures parfois chaleureuses, 40-50cm de ouate sur le dessus et un interstice, où elles logent, chauffées par les vents chauds de l’insert qui chauffe la maison, autant dire qu’elles devraient bien passer l’hiver… :o)

Sans oublier l’isolation extérieure terre-paille-chaux dont profitent aussi ces nouvelles abeilles aujourd’hui.

La fenêtre de la salle de bain, les deux trous au-dessus servant d'entrée pour la ruche.
La fenêtre de la salle de bain, les deux trous au-dessus servant d’entrée pour la ruche.

Un nouveau petit retour arrière s’impose.

Continuer la lecture de « Le retour des Z’abeilles ! »