L’agriculture biodynamique au Bief

Comme mes proches le savent déjà, ici, au Bief, sur notre propriété de 2,5ha, nous utilisons certaines pratiques agricoles et permaculturelles, la Biodynamie est l’une d’entre-elles.

Cette fabuleuse impulsion me vient d’un ami et voisin, Frédéric Chaize, maraîcher en Biodynamie à Saint-Denis-de-Cabanne (dép.42, à 5km d’ici) que je n’hésite pas à nommer ici car il ne se cache pas d’une telle pratique. Au contraire, il aime partager, dispenser, semer!!!

Bouse de corne pour la biodynamie
La fameuse bouse de corne utilisée à raison de 100g par hectare.

Je reviendrai plus longuement sur la biodynamie, sur la manière dont je l’utilise ici depuis 2016, sur le matériel que j’utilise pour cela et sur tous ces petits détails. Sachez déjà simplement, qu’en une seule année de pratique, certains résultats sont déjà visibles!

Je voulais juste signaler aujourd’hui que, sur Radio Fourvière, était programmée une émission sur la biodynamie où étaient justement présents, entre autres, Frédéric et Pierre Masson (si, si, souvenez-vous, c’est chez lui que j’avais été suivre cette formation de taille d’été des arbres [taille en vert], j’avais déjà un pied en biodynamie 2013, je n’ai franchi le pas qu’en 2016) !

Voici un lien vers l’émission Equateur, je vous enjoins vivement à l’écouter, et surtout le (court) témoignage de Frédéric (à partir de 28min40s), il en vaut vraiment vraiment la peine pour mieux comprendre ce qui nous anime ici, au Bief comme ailleurs!

Voici un lien direct sur Radio Fourvière :

https://rcf.fr/vie-quotidienne/lagriculture-biodynamique-un-autre-rapport-au-sol-et-au-cosmos

La biodynamie propose aux agriculteurs un autre rapport à la terre et au cosmos. De plus en plus d’agriculteurs se tourne vers elle, mais elle est largement méconnue.

Avant le Bio, la biodynamie

L’agriculture biodynamique, portée en France par Le Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique est « la première des agricultures bio », comme l’explique Pierre Masson. Elle obéit à quelques principes:
– L’idée qu’un domaine se porte d’autant mieux qu’il est autonome, ce qui exige de développer un maximum de diversité dans le monde végétal, mais aussi animal ;
– La nécessité de régénérer les sols et d’aider les plantes dans leur comportement par l’intémédiaire de préparations à base de plantes médicinales, d’excréments, etc.
– Le respect des rythmes cosmiques.


Si ce dernier ne fonctionne plus, voici le fichier en MP3 :

http://www.lebief.fr/wp-content/gallery/agriculture_biodynamique_Bief/agriculture_biodynamique.mp3

Optimisation de la production des framboisiers

Fleurs de Tanaisie

Pendant que le chantier toit (voir article précédent) se poursuit très bien sans moi, en ce beau mois de septembre, j’ai été voir du côté de mes framboisiers remontants1 September si je pouvais y glaner quelques fruits.

dsc09281

Alors, certes, en lisière de ce grand bosquet, on peut récupérer quelques framboises, par contre, avec un îlot d’une telle surface, tout ce qui est produit vers le centre est tout simplement hors de portée!
Quand il peut s’y produire quelque chose…

Oui, difficile d’aller nettoyer les plants morts sans tout abîmer.

dsc09282

J’ai pensé alors utiliser le principe des buttes en trou de serrure et creuser un simple passage vers le centre, en arrondissant l’ensemble (comme sur la photo du site en lien précédemment).

J’ai finalement opté pour des allées. Puisse l’avenir ne pas me faire regretter cette brutale décision avec une facilité accrue de récolte et des fruits plus nombreux, par exemple.

Elles sont orientées nord-sud, plus ou moins, car elles suivent surtout les courbes des terrains, des pentes. Sans compter de la vision de l’ensemble pour nos yeux et nos ressentis.

J’ai donc pris le temps d’observer comment j’allais venir trancher dans le vert du sujet.

Comment j’allais tenter de dresser tout ce petit monde, de mettre de l’ordre et du rang, des piquets et du fil, de l’alignement et de la gestion, de l’optimisation et de la régularité, de l’ensoleillement et de la performance!

Brrr…. mon propre vocabulaire m’effraie! :)

 

  1. c’est-à-dire qu’ils produisent des fruits deux fois dans l’année, ici, au printemps et au début de l’automne, selon la météo