Diversitudes… première ballade dans le coin

La cane sur un plot près de l\'étang...Ce matin, une cane blanche est venue s’ajouter aux membres du domaine. L’ancien propriétaire nous indiquera par la suite que celle-ci lui appartenait aussi, mais avait disparu pendant son absence avec 9 autres de ses congénères. Ce qui faisait beaucoup pour un renard de passage. Qu’est-il advenu des 9 autres ? Dans tous les cas, il dit qu’il passera la récupérer ainsi que les 2 pigeons. Ce qui ne présage pas un avenir sans cocotte pour ces volatiles…
Mais la poule et le lapin restent à nous et en attendant, la cane est de retour chez elle, et se promène librement, insouciante…


Nous avons découvert, enfin moi surtout, un bassin devant la propriété, sur notre terrain. Il est profond, environs 2m, fait 6m sur 8m environs et servait avant de bassin de récupération de lisier, ce dernier provenant des stabulations. Il est donc relié à ce dernier par une canalisation. Future piscine écologique ? futurs bassins de retraitement des eaux usées des maisons (plus probable) ? en tout cas, ce bassin ne nous laisse pas indifférent, et c’est plutôt une bonne nouvelle

Continuation de la réorganisation des cartons.

Première promenade aux alentours immédiats du Bief.

On bataille avec France Telecom pour la création de nôtre ligne téléphonique (ils ont du mal à supprimer l’ancienne ligne (la demande de résiliation de l’ancien proprio est à l’étude, et nôtre nouvelle demande, en attente, c’est encourageant :o) ).

On continue d’organiser les travaux à distance de la maison de Strasbourg… pas facile, et on est moins motivé :o) même si on est pressé que la location démarre…

On continue à enlever des morceaux de verre et de plastique d’un peu partout? Incroyable cette quantité de déchets.

Visite d’un petit chat noir. La face abimée par un combat récent. Cette nuit sera la première nuit de nénèsse dehors. Nous verrons demain.

Nous avons des fourmis dans la cuisine. Elles viennent du local derrière la cuisine. Elles seraient apparues pendant l’absence de l’ancien propriétaire, la maison n’était plus occupée depuis Novembre 2007. Nous apprenons à ne rien laisser traîner. Pas facile dans tout ce désordre et avec deux jeunes enfants :o) Surtout que l’on voit aussi quelques crottes de souris apparaître…

Est ce une bonne idée de faire dormir le chat dehors ? Bon, nénèsse c’est pas la reine des chasseuses de tout façon. Cela dit, cela nous inquiète un peu sur le stockage à long terme des cartons dans les stabulations, et dans les chambres ici (surtout ceux contenant les inestimables tissus de patchwork de Roxane). Bon, c’est la campagne :o)

Cela dit, une petite remise aux normes de l’hygiène , et quelques bonnes habitudes devraient venir à bout de ces indésirés petits hôtes.

Le local d’où semblent provenir les souris, est un des prochains sur la liste des pièces à remettre aux normes syndicales.

D’ailleurs, au moment même où j’écris ces lignes, et non pas au moment où vous les lirez :o), ça gratouille derrière les meubles de la cuisine. Un rongeur. Il semble être derrière les casseroles… Il va falloir faire quelque chose. Surtout quand j’en parlerai à Roxane… Non pas qu’elle ai peur des souris, mais elle n’aime surtout pas que l’on touche à sa nourriture :o)

J’ai enfin réparé la fenêtre du salon qui ne s’ouvrait plus. J’ai réparé la poignée qui était HS (une de celle en forme de ballon de rugby que l’on tient dans la main pour tourner). La fenêtre était de plus scellée par de la peinture. Elle n’avait pas été ouverte depuis sa dernière peinture :o) Le salon étant très grand, et la maison pas super isolée, de toute façon, il y avait déjà une ventilation naturelle, mais quand même :o).

Bref, un petit pas de plus. Un de ceux qui remet petit à petit la maison à genoux. En tant qu’informaticien ex-professionel, c’est comme de fixer un problème quelque part au tréfond d’un système d’exploitation en difficulté, ça ne se voit pas, mais on sait que petit à petit, le système se remet en marche. En tout cas, le grand salon (environs 40m2) s’aère mieux quand même.

Et nous avec.

Laisser un commentaire