Salon EcoHome à Lyon – Rooôh, la ville !!!! II/II

Voilà, j’ai fini de lire mon livre, et la journée est aussi maintenant terminée…


Arrivée au salon EcoHome vers 11h environs… Voui voui, après les 6kms de voiture jusqu’à la gare, le train jusqu’à Lyon-Perrache, le tramway jusqu’à Vaulx en Velin et la navette (bus) jusqu’à Eurexpo, avec les temps de transport, et d’attente (45 minutes pour la navette !!!! c’était la première de la journée, avec rotation ensuite tous les quart d’heure), il aura fallu environs 3 heures pou venir du Bief jusqu’ici :o)
J’étais pas vraiment pressé de toute façon. Cela m’a plutôt plu de regarder les paysages, les gens, la vie urbaine. D’y penser. De lire mon livre et de penser à ce que j’allais faire à ce Salon. Priorité, prendre contact avec des techniciens pour le chauffage.

Notre orientation est très nette et se tourne vers un combiné solaire-bois. Principe en version simple, des panneaux solaires thermiques sur le toit (panneaux solaires avec un tube à l’intérieur, dans le tube, un liquide qui se réchauffe alors. C’est le même principe qu’un chauffe-eau solaire) qui vont, grâce au liquide contenu dans la canalisation qui les traverse aller chauffer l’eau dans un ballon d’eau, duquels partent des tuyaux qui vont chauffer la maison via un chauffage basse température (chauffage au sol, au murs, radiateurs,… comme on veut). Une chaudière d’appoint (bois, fuel (beuark), gaz,…) prendra le relais quand l’ensoleillement ne suffit pas à répondre à la demande programmée. En ce qui nous concerne, nous envisageons une chaudière automatique à granules de bois (pellets). Nous associerons à ce système des panneaux solaires photovoltaïques ; production non plus de calories, mais d’électricité. L’électricité produite sera en théorie revendue à Enercoop, on va quand même pas fournir EDF :o) Même si, EDF étant largement subventionnée par nos impôts, elle est remboursée d’une partie de l’électricité qu’elle rachète. Cela dit, je n’ai pas encore les tarifs actuels de rachat d’Enercoop, mais ce sont eux que nous soutiendrons !

Tiré d’une interview avec Enercoop de Juillet 2007 du site Naturavox (trouvé via google) :

Les producteurs d’électricité d’origine renouvelable

– Vous n’êtes pas producteur vous-même d’électricité, mais achetez votre électricité à des producteurs. A quel type de producteurs achetez-vous votre électricité ?
Nous achetons de l’électricité auprès de petits producteurs d’éolien, de photovoltaïque (panneaux solaires), d’hydraulique.

– Qu’entendez-vous par petits producteurs ?
Ce sont des producteurs ayant de petites installations, à titre professionnel, ou des particuliers ayant par exemple des toits solaires. Enercoop s’approvisionne par exemple auprès de petites installations hydrauliques et non auprès de grosses centrales.

-Quelle est la différence de tarif entre votre prix d’achat de l’électricité et le prix d’achat d’EDF ?
Nous achetons l’électricité auprès des producteurs au minimum au même prix qu’EDF, voire à un prix plus élevé pour le petit éolien, insuffisamment soutenu. Une chose à savoir : La France a choisi, comme mécanisme de soutien aux énergies renouvelables, le système de l’obligation d’achat. Ainsi, EDF a pour obligation d’acheter de l’électricité renouvelable à tout producteur qui en fait la demande, à hauteur d’un tarif de soutien. Lorsqu’EDF achète l’électricité au tarif de soutien, elle est remboursée de la différence avec le prix du marché. Cette compensation est financée par l’ensemble des consommateurs à travers la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE). Par exemple, le tarif de soutien pour l’électricité photovoltaïque s’élève à 30 cts / kWh, voire 55 cts quand il est intégré au bâti. EDF se doit de proposer au moins ce prix aux producteurs, ce qui est une très bonne chose. Or le prix du marché tourne aujourd’hui autour de 5 cts / kWh. EDF se voit ainsi rembourser 25 cts / kWh. Malgré l’ouverture du marché, seule EDF bénéficie de cette compensation. Enercoop rémunère donc ses producteurs au moins à hauteur du tarif de soutien, sans compensation. Enercoop a saisi la Commission de Bruxelles pour distorsion de concurrence, la procédure est actuellement en cours.

– Equipé de panneaux photovoltaïques, un client produit durant les mois ensoleillés plus d’électricité que sa consommation, est-ce qu’il peut vous renvendre ponctuellement son électricité ?
Oui, tout à fait. Si un foyer produit et consomme, nous achetons sa production d’un côté et lui facturons sa consommation d’un autre. Cela lui permet de valoriser au mieux sa production, l’électricité photovoltaïque étant la plus chère de notre mix énergétique.

– Proposez-vous des aides à l’installation d’équipement de production d’électricité d’origine renouvelable chez des particuliers souhaitant devenir producteur ?
Non, pas pour le moment. Nous réflechissons pour l’instant aux façons de reverser nos bénéfices, par exemple en soutenant des coopératives de production.

– Combien cela coûte ? Quel est le surcoût de cette électricité par rapport à celle distribuée par EDF ?
Notre surcoût s’élève à entre 30 et 40 % de la facture EDF. Ce qui représente au final environ 10€ de plus pour un ménage avec une consommation annuelle moyenne de 4000 kWh.

– Est-ce que vous bénéficiez d’aides publiques ?
Nous recevons une subvention du Conseil Régional d’Ile de France, en raison de notre structure à intérêt collectif.

Voilà, choisir un opérateur alternatif comme Enercoop, est encore un geste citoyen, mais quel geste !

Je reprends…

Je suis arrivé au Salon EcoHome…

Un bon contact a été pris sur le salon avec un distributeur des chaudières Ökofen. Problème, ils sont sur Lyon… :o/ Ils peuvent venir sans soucis, bien sûr, mais on trouve que cela fait quand même beaucoup de kms… Je téléphonerai à un bon chauffagiste lundi, celui là même qui s’était occupé de nous remettre la maison à genoux question chauffage. Il est nettement moins loin (6kms) et on verra ce qu’il nous propose. En tout cas, le contact avec Helyos Bois Nature (un peu de pub y a pas de raisons :o) ) était très instructif, et leur matériel très bon.

Prise de contact avec un installateur photovoltaïque. Pareil, encore à 100 kms de chez nous :o/ Mais la conversation était très intéressante, sur les systèmes existant notamment. Mais nous privilégierons des artisans un peu plus locaux je pense…

Discussion avec l’auteur Claude Bossard du livre : Guide pratique de l’électricité biocompatible : Pollutions électromagnétiques, que je lorgnais déjà depuis un certains temps… Présentation des systèmes existant (cables blindés, gaines électriques blindées, multiprises blindées, câbles électriques blindés (style câble d’alimentation pour ordinateur), interrupteurs et boitiers électriques coupe champs,…). Tout ce qu’il faut savoir donc pour une installation électrique protegées de ces vilains champs électro magnétiques
Bien sûr toutes les précautions prises sur l’installation électrique ne servent à rien si au bout on branche une plaque à induction ou une borne WIFI par exemple (n’hésitez pas à trouver le guide utile, merci :o) click click c’est simple et rapide et cela m’aide pour ma boite Le Petit Monde de Couillaler)… Ce qui ne sera pas notre cas, vu que nous commençons les recherches pour une cuisinière à bois :o)

Discussion avec un représentant d’une banque coopérative, le groupe Crédit Coopératif (filiale de la banque populaire). Le principe, plus le projet est écolo, plus l taux du crédit est faible. Une partie de l’argent gagné par la coopérative, on pourrait dire par la banque, est reversé au profit d’associations adhérentes de notre choix, parmi celles disponibles sur une liste… Et les 66% déductibles (sur reçu fiscal) de cette somme sont pour nous. Pour un petit projet, ce n’est pas forcément intérressant, sauf geste citoyen (encore), car le taux du prêt sera supérieur à celui d’une autre banque. Mais, au vu de la taille de notre projet, cela pourrait l’être, en plus du geste éthique et solidaire. Bref, sur le principe, ça sonne bien… Dommage que La Nef n’était pas présente sur le salon, j’aurais aimé comparer.

Sinon, le salon EcoHome 2008 était assez complet (sauf architectes et bureaux d’études, dommage :o( )

J’ai assisté à une conférence, du moins à une partie seulement car je connaissais déjà bien le sujet sur « Comment soigner les maladies chroniques ? » avec Marion Kaplan, élève du docteur Kousmine et auteur du livre Alimentation sans gluten ni laitages : Sauvez votre santé !… Bref, rien que je ne savais déjà, vu que nous pratiquons cette alimentation depuis 5 ans déjà, mais le speech était rigolo.
Je cite :
« On se fout de notre gueule! »
« On nous prend pour des cons! »
« Le lait a maitenant envahi les rayons frais en Asie, et ils commencent à avoir les mêmes maladies que nous, ostéoporose par exemple, inexistante avant! »
« Le discours est un discours de grands-mère apparu dans les années 50. Et non seulement le lait d’alors n’a plus rien à voir avec celui d’aujourd’hui (antibiotiques, vaccins, stalles style cage à poule, tire lait industriels, hormones, pâturages pollués,…), mais en, plus c’est complètement faux ! on continue à se foutre de nous encore aujourd’hui ! »
Bref, un discours énergique, mais vrai ! :o)

Au salon Natura, qui jouxtait le salon EcoHome, à boire et à manger, au sens propre comme au figuré. Entre les habituels vendeurs de mandolines (c’est une râpe :o) ) en plastique (mais avec légumes de démonstratin « bio »; n’importe quoi), les poudres des Andes qui redonnent force et virilité, les huiles de tous poils, les savons les plus fous, l’artisanat éthique et solidaire (parfois on se demande quand même…), les brosses à cheveux asiatiques en teck FSC (je rêve!) et les vendeurs de CD révolutionnaires (tous les titres des révolutionnaires de tous les pays, le Che en tête bien sûr), on trouvait quand même les producteurs amoureux de leur métier et heureux de partager leur savoir et bien sûr leurs produits… J’ai en mémoire une dégustation de graines de chanvre broyées et une discussion intérressante avec le producteur, qui en produisait aussi des huiles et des farines. Pour rappel, le chanvre se cultive toujours sans pesticides ni additif quelconque…

Seignalet l’autorise ( L’Alimentation, ou la troisième médecine), alors j’ai rammené quatre saucissons sans lait ni gluten, dont un au gênevrier… Ben oui, vous ne saviez pas qu’il y avait du lactose dans le saucisson ? et dans la plupart des charcuteries d’ailleurs… :o) quand on dit qu’il y en a partout sans qu’on le sache ^_^

Bon, en tout cas, un retour un peu plus tôt que prévu sur Lyon, car le salon n’est pas non plus si grand que ça. Re-navette (4 minutes d’attente cette fois ci :o) ), re-métro, attente pendant une heure sur Lyon car j’étais en avance pour le train :o)

J’en ai profité pour prendre ces quelques clichés autour de Perrache. C’est joli, c’est moche. C’est ancien, c’est moderne. Une seule chose est sûre, l’air est bien meilleur chez nous. Et il n’y a pas tous ces tût tût, « eh dégage co..ard! », « Eh tu traverses au rouge! », « Ouai ben toi aussi du.on! » tût tût.. La ville quoi.. hmmmmf! inspiration, hmmmm, c’est bon :o)

Re-train, re-voiture pour prendre la direction de la maison où je retrouverai ma petite famille et la plantation d’un framboisier, d’un groseiller (directement venus d’Alsace) et ma quotidienne chasse aux limaces. Il est maitenant 18h30, je suis toujours dans le train et je vais souffler un peu, mais pas la même chose que ce qui sort de la micheline Diesel qui me ramène chez moi :o)

Laisser un commentaire