Tant qu’il y aura du fibro

Un rendez-vous instructif ce matin sur la gestion des déchets contenant de l’amiante…
Une livraison attendue…
Et une fête roannaise…
Je pourrais m’arrêter là, mais je vais quand même décrire un peu mieux notre longue journée… :o)

Si vous pensiez, suite au problème arithmétique posé dans le billet précédent, que la réponse était tout simplement 42, comme il se devrait, vous aviez tort ! En effet, à 4% d’amiante, cela fait longtemps que le capitaine est mort, rongé par les crabes… Eh oui, c’est triste, mais malheureusement bien vrai, tous les ouvriers de l’époque, l’entrepreneur de ce matin compris, découpait allègrement les plaques de fibro à la scie circulaire, sans protection particulière…

Tout d’abord, trouver une societé qui est habilitée à démonter des panneaux contenant de l’amiante, et surtout à avoir le droit de les emmener en déchargé, fut un parcours long et sinueux. Pas moins de 10 coup de fil auront été nécessaire :o) D’abord à la mairie de Chassigny, fermée à l’heure de mon appel, bon, on le compte pas en fait celui là… A la déchetterie de Chauffailles, on ne sait pas, mais on m’informe que je n’ai pas le droit d’en déposer moi même plus d’un mètre cube… J’en conclus donc que si j’en avais moins d’un m3, j’aurais donc pu leur donner, mais qu’en auraient-ils fait ? cela aurait atterri avec les gravats standards et enterré ? considérant qu’un m3 à 4% d’amiante ne représente pas grand chose ? pour info, 1 m3 de fibrociment en plaque ondulé, fait environs 500Kg… à vos calculettes…
Bon, comme je ne sais pas ce qu’ils en font dans ces cas là, je ne me hâterai pas de conclure que cela finit sous terre, sans contrôle qui plus est.
Un coup de fil à une entreprise spécialisée dans les déchets industriels, toujours à Chauffailles, me donne une piste, car eux même n’étaient pas habilités. D’ailleurs, on leur posait parfois la question, mais en fait, ils ne savaient pas du tout qui pouvait bien faire ça. Coup de fil à l’entreprise indiquée, personne. Je tente donc un appel à la mairie de Chauffailles, on me passe le service technique. Ah! une piste sérieuse, l’entreprise qui fait les travaux sur le toit de l’église en ce moment est habilitée à bosser avec l’amiante. Youpi ! coup de fil à la boîte en question, le responsable n’est pas là, mais on me confirme que c’est ok pour l’amiante. Ouf!
Comme j’aime bien faire tourner les choses, oui oui, les infos aussi, je passe donc encore un coup de fil à la déchetterie de Chauffailles et un autre à l’entreprise des déchets industriels précitée, afin de leur transmettre les coordonnées de la boîte en question, histoire qu’ils puissent renseigner le prochain quidam comme moi.

Ben tient, histoire d’en faire profiter plus largement la planète, je m’en va les citer aussi ici, donc, si vous êtes sur le secteur de Chauffailles / Mâcon (oui oui, il y en a pas beaucoup dans le secteur, car Mâcon, c’est à 70 bornes d’ici :o) ), et que vous avez de l’amiante à faire enlever :

M. Rousseau Daniel
Les Matrays
71800 Chatenay
0385282186

Rendez vous est donc pris pour ce matin. Ponctuel et très sympa, il vient prendre les mesures du schmilblick. A la question, mais, et vous, que faites vous donc de ce fibro ? La réponse ne m’étonne pas trop.
En fait, l’amiante est emmenée dans un site d’enfouissement spécifique pour ces plaques ondulées, elles sont empilées, puis enterrées « dans l’attente d’une réutilisation future ». Certains petits doigts racontent le soir autour de sombres cheminées que dans un siècle ou deux, les tonnes d’amiante ainsi enfouies devraient toujours se trouver au même endroit, enfin, un peu plus profond, car tout ceci génère de la poussière, qui va un peu plus loin dans le sol, toujours plus loin… vers l’infini et l’eau delà sans doute… Mais c’est pas grave, loin des yeux, loin de tout :o/ Comme d’hab. Ca me rappelerait bien certains déchets nucléaires, mais bon, on va encore dire que je fais une fixette… Qui a parlé de Bure, moi ? non non… circulez, y a plus rien à voir, et les taupes n’y verront bientôt plus rien non plus alors…

La mise en décharge de l’amiante sous cette forme coûte 100 euros la tonne. On y rajoute 10 euros / m2 de main d’oeuvre, et voilà le coût qui nous attends pour cette super opération… Comme il m’a été dit récemment, cela coûte plus cher à jeter, qu’en mettre du neuf :o) bon, aujourd’hui, on a remplacé l’amiante du fibro par de la fibre de verre… :o)
M.Rousseau me racontait qu’il avait fait le chantier d’une usine avec 10000m2 de toit en fibro. Il ne faut pas s’étonner alors que certains ouvriers ne sont pas près de voir cette épée de fibroDamoclès disparaître avec des tarifs comme ça, et je ne parle pas des 10euros/m2 qui, eux, sont justifiés. Parce que 100 euros/tonne pour enterrer le truc, je vois pas….

Bon, en tout cas, une fois le devis reçu et accepté, on ne l’a pas encore, une demande d’autorisation de mise en décharge part à Mâcon, qui oui ou non décide si le chantier peut se faire (en cas de non ? je ne sais pas :o) ), ensuite, elle renvoie l’autorisation à l’entrepreneur, qui peut alors faire le chantier… Normalement, pas avant Septembre donc… super… Nous qui pensions en faire notre chantier d’été… raté. Bon, ça tombe bien, on en manque pas :o)

Pour le reste des infos… livraison cet après-midi de notre nouvelle tondeuse… Une petite photo pour la forme, et pour vous donner envie de lire l’article que j’écrirai très bientôt… Un design et une forme plutôt particulière pour celle-ci, mon revendeur local n’en avait jamais commandé, normal, pour Le Bief, on ne pouvait pas investir dans n’importe quoi :o)

Et direction Roannes, pour la fête de la musique… Après une petite ballade pour se mettre en forme, un bon petit restaurant chinois, on a déjà nos habitudes :o), et reballade au milieu d’une foule bien moins dense qu’à Strasbourg où la fête de la musique était vraiment un vrai parcours du combattant dans des couloirs mouvant humains… Cela dit, Darius n’est pas très amateur des basses et sonorités profondes, et nous avons dû, à regrets, écourter notre soirée. Car écouter les groupes avec un Darius terrifié, agrippé, voire pleurant, ce n’était pas la meilleure solution pour les années à venir. Mais en tout cas, la fête de la musique de Roannes était (semblait?) vraiment sympa… même en écoutant les groupes à 10m :o)

3 réponses sur “Tant qu’il y aura du fibro”

  1. L’amiante et son « elimination », que voila encore un beau dossier bien traité par nos dirigeants. Vi je parle de dirigeants et pas d’elus parce que ces derniers devraient reflechir pour aller dans le sens du peuple, bon je m’egare et je joue mon Antoine la. Manquerait plus que je parle de buttes et de limaces tiens !

    Pour ton information chez Antoine, le 1m3 que le particulier peut deposer, c’est en decharge controlee. Tu ne peux pas l’amener a la decharge d’a cote. Donc ca va quand meme pas n’importe ou. C’est enfouit « la ou il faut ».

    Comme tu l’as remarque, les entreprise validees et les sites d’enfouissements foisonnent … Tout simplement parce que le decret d’application de la procedure d’elimination est sorti avant que les sites d’enfouissements n’aient ete designes … comme souvent quand on fait nawak au dernier moment.

    Lorsqu’un particulier veut se liberer de ses plaques de fibro, il faut les amener dans un emballage hermetique. Et suivant le site, c’est pas n’importe quel sac qu’il faut, mais des sacs vendus par le site (vivi, en plus du coup de l’efouissement bien sur).

    Generalement ce qu’il se passe, c’est que ces panneaux finissent au fond du jardin, a pourrir en tas. Certains les enterrent, ce qui n’est vraiment pas mieux. Le moindre mal c’est encore de les mettre dans une dalle qu’on coulerait a ce moment la. Ca « vitrifie » l’amiante, empechant les fines particules qui sont genantes pour les voies respiratoires d’etre liberees. Faut-il encore que dans 50ans, le petit-petit-fils n’est pas en tete de peter la dalle pour remettre je sais pas quoi.

    Tony

  2. Tiens, à propos de limaces, ça me fait penser que ça fait longtemps que j’ai pas fait un billet là dessus… je fais celui sur la tondeuse, et je m’y remets :o)

    Ralala, Tony, faut que je t’explique… A Strasbourg, je sais pas, mais ici, mon m3 de fibro, je l’ammène comme je veux (peux) à la déchetterie, avec ma tuture et ma petite remorque par exemple. La déchetterie est tout ce qu’il y a de plus standard, je décharge tout ça chez le monsieur, et je repars, voilà ce qui m’a été dit au téléphone :o) Pas de container hermétique (je devrais le rappeler le gars juste pour qu’il ait un truc à raconter à sa pause de midi, mais je me ferais encore remarquer :o) ), ni de décharge « controlée »… Enfin, elle est contrôlée, mais comme une déchetterie communale quoi…

  3. Si vous voulez, vous pouvez vous amusez à visiter un dépôt naturel d’amiante:
    http://www.randonnee-hautevienne.com/spip.php?article147

    C’est un gisement d’amiante affleurant (jamais exploité). L’amiante est piégé dans la roche, ce qui adviendra aussi (dans très très très très longtemps) du dépôt en déchetterie (mais c’est une autre histoire).

    C’est très impressionnant, car la délimitation avec le terrain (fertile) environnant est très marquée. La lande elle-même est très pauvre, mais du coup abrite une faune/flore particulière.

Laisser un commentaire