Le Petit Monde de Couillaler

logo_leguideIl faut quand même que je vous explique pourquoi ce blog reste bien silencieux ces derniers temps…

Il y a de nombreuses raisons, car mes journées sont bien occupées à tout un tas de choses (je vais essayer de rédiger quelques articles quand je pourrais), mais une occupation principalement nocturne m’empêche de vous les relater sur ce blog tout simplement par manque de temps :o)

Et non, le nom de mon entreprise n’a rien à voir avec l’occupation nocturne que vous avez peut-être en tête ^_^

Vous allez dire, monopoliser tout un article que j’aurais pu consacrer à d’autres que j’ai en retard pour parler du Petit Monde de Couillaler… à quoi bon ?
Peut-être parce que la gestion de cette boîte me prend forcément beaucoup de temps, et m’empêche donc de faire autre chose pendant ce temps là… et puis aussi car cela me fait plaisir de vous en parler…

Une seule société mais deux boutiques internet :

http://www.couillaler.fr
http://ebay.couillaler.fr

Une meilleure visibilité sur la toile, mais une double gestion aussi. C’est une petite phrase, mais elle se compte en heures :o)

Comme je le dis si bien sur la page d’accueil de ma boutique,  » Depuis 2006, dans cette boutique, vous sont présentés à l’achat des accessoires pour votre camescope ou votre appareil photo numérique Sony
(y compris la gamme reflex Alpha ∝ A100, A200, A300, A350, A700 et A900) ».

Le catalogue est pour l’instant d’un peu plus d’une centaine de références, 130 environs. C’est un nombre relativement important car forcément il y a sans cesse des manquantes qu’il faut donc commander (trouver au meilleur prix etc…). Il faut faire une certaine veille technologique pour rester au courant des dernières nouveautés Sony (et surtout des accessoires qui vont dessus), en acheter et créer les annonces sur mes deux boutiques (il faut compter 1h30 par annonce en tout (photos, traitement photo, recherche informations et caractéristiques, rédaction en français et anglais) . Il faut répondre aux questions des clients (email et téléphone), gérer les stocks (trois petits mots pour un gros boulot :o) ), gérer les commandes, leur paiement, les traiter, les emballer, les envoyer (ce qui signifie qu’il faut non seulement les emballer, avec des emballages et scotch 100% recyclés/recyclable, mais il faut ensuite les emmener à La Poste), suivre leur envoi, gérer les évaluations qui s’ensuivent.
Bien sûr le tout s’agrémente d’une bonne dose de paperasserie, gestion commerciale minimale mais obligatoire, même pour la micro-entreprise que je suis. De plus, le calcul des bénéfices est tout de même à faire si l’on veut savoir si tout cela vaut encore le coup une fois les frais déduis.

Et oui car frais il y a bien entendu, frais sur eBay (location boutique, frais de mises en vente, frais de vente), frais de location de ma boutique perso (hébergée par Amen), frais sur les paiements (CB, paypal,…), taxes et impôts pro, cotisations sociales obligatoires, la routine quoi…

Et depuis quelques semaines, non seulement j’ai rajouté beaucoup de références, mais grande nouveauté, je suis maintenant inscris sur des sites internet de comparaison de prix (Ciao.fr, LeGuide.com, Shopping.fr, …), encore des frais en plus :o)
En effet savez vous que chaque fois que vous cliquez sur un lien vers un produit sur de tels site, c’est environs 0,25 cts d’euros le clic que va payer le magasin en question, que vous finalisiez votre achat ou non. 4 clic = 1 euros ! ça va vite. Bref, tout cela m’a bien entendu prit encore du temps, le temps de comprendre comment tout cela fonctionnait, de m’y inscrire et d’intégrer mes catalogues sur ces sites… encore des soirées sans écrire d’article sur ce blog :o/

Voilà, il est impossible de faire ressortir ici le nombre très important d’heures que tout cela nécessite, plusieurs heures par jour en tout cas, ou par nuit en l’occurence ^_^

Tout ceci n’est pas une grande complainte, au contraire, je suis heureux de l’existence de ce drôle de petit monde, peut-être aussi car aujourd’hui, c’est ma seule source de revenu :o)

Couillaler se prononce « couilles à l’air », je le dis car on le prononce parfois « couillalé », mais je pense surtout que ces gens là au téléphone n’osent pas trop prononcer couillaler :o) . C’est plutôt amusant, et surtout cela fait rire les clients. De plus, ça se retient bien, couillaler.fr. C’est aussi pour ça que je lui avais donné ce nom. Et avec un nom comme celui-là, difficile de dire que je ne joue pas cartes sur tables. Et puis pourquoi donc le nom d’une societé devrait être un fade acronyme sans nom pour la représenter. D’où l’importance des évaluations d’ailleurs…

Je termine cet article en ayant un goût assez prononcé d’inachevé, peut-être parce que résumer autant d’heures depuis ces dernières années en quelques lignes m’apparaît bien dérisoire, aussi parce que je ne suis pas bien sûr de là où je voulais en venir, ni si j’y suis arrivé d’ailleurs ;o)

restons en donc là pour cette nuit…

2 réponses sur “Le Petit Monde de Couillaler”

  1. waou, c’est une double vie que tu as, en fin une vie double, chapeau.

    Le saladacco, vous en êtes contents ? Pas trop fragile ? Ca me fait peur le tout plastoc. Si je le commande, je suppose qu’il vaut mieux que ce soit sur couillaler.fr.

    bisous

    Gwenaële

    1. Hello,
      Double vie et vie double ne font qu’un, comme le bougre d’âne et le bougre d’andouille, pour ceux qui avaient les mêmes lectures que moi quand j’étions petit :o)
      Sinon, concernant le saladacco, vu que tu compte nourrir sept bouches avec, j’investirai plutôt dans une bonne mandoline. Le saladacco est très sympa avec les légumes plutôt ronds, comme la betterave ou le navet parce qu’on peut en faire des spaghetti (ça a l’air beurk comme ça, mais je peux affirmer qu’un navet cru en spaghetti avec une bonne sauce par dessus et quelques graines grillées éventuellement, ça permet de redécouvrir ce légume), mais si tu veux faire des spaghetti de carotte par exemple, c’est pas possible, ou bien je n’ai pas compris le truc. Il est tout en plastic, c’est vrai, et le loquet qui permet de choisir la position spaghetti ou découpe en tranche est un peu light. Je dois souvent le tenir d’un doigt pendant que je tourne pour pas qu’il bascule de position (et quand je découpe les pommes de terre en rondelles fines pour faire des chips (avez vous déjà goûté des chips fait maison ? rien à voir. Merci Reuben pour cette découverte lors de notre visite chez vous) et que ça passe en spaghetti, ça le fait pas :o) ).
      Bref, pas forcement adapté pour les grandes familles, pas top pour tous les légumes, tout en plastique… Bref, si je ne le vendais pas (pour combien de temps ? :o)), j’investirais plutôt dans une bonne mandoline (c’est cher, environs 100 euros) et pour faire des légumes jolis, dans les foires on trouve aussi des trucs en plastoc qui permettent de découper les légumes dans tous les sens pour faire des oeuvres d’art.
      Cela dit, pour 30 euros, on peut redécouvrir la betterave, le navet (même les enfants en mangent sous cette forme !!!! ), voire d’autres encore, et ça, peut-être cela n’a pas de prix.
      Si tu en veux un, on peut faire ça en direct, le passage par ma boutique n’est qu’une facilité, rien d’obligatoire.
      Voilà. Si quelqun utilise un saladacco et peut compléter (ou contredire) mes impressions, il ne faut pas hésiter.
      Antoine

Laisser un commentaire