Une petite pilule ? …

iode… pour faire passer la grosse !!!

Bien sûr, les informations nationales en parlent sans cesse, les journaux en font leurs premières pages (oui, ils en ont plusieurs ^_^ ), les campagnes d’information se multiplient, mais quoi ? vous n’étiez pas au courant ?

Vous le seriez si vous habitiez à moins de 10 km d’une centrale nucléaire, car oui, au delà, pas besoin, la radioactivité ne va pas au delà de toute façon c’est bien connu. Et pis de toute façon, ces fameuses pilules d’iodes qu’EDF est en train de distribuer ne servent à pas grand chose non plus de toute façon alors… à quoi bon, si ce n’est à vous en faire avaler de bien plus grosses…

Bon, pour commencer, un peu d’information tirée du site dédié à cette campagne d’intoxication d’EDF (à qui on devra doit déjà bien plus que la lumière ! ) : http://www.distribution-iode.com

À quoi servent les comprimés d’iode ?
Associée à la mise à l’abri, la prise d’un comprimé d’iode est un moyen de protéger efficacement la thyroïde contre les effets des rejets d’iode radioactif qui pourraient se produire en cas d’accident nucléaire. De la conception des centrales nucléaires à leur exploitation, tout est mis en oeuvre pour garantir une sécurité maximale. Mais le risque d’accident nucléaire ne doit pas être négligé, même s’il est peu probable.

J’aime beaucoup  le « peu probable », quand prendra t-on conscience qu’une seule fois sera bien suffisante ! un seul accident et c’est toute notre societé qui s’écroulera. Peu probable c’est encore beaucoup trop. Un accident nucléaire, ce n’est pas une flatulence volatile, c’est incroyablement plus grave que cela. Nous avons été totalement désinformé sur ce qu’il se passe encore aujourd’hui de la catastrophe de Tchernobyl, et distribuer des pastilles d’iode dans un rayon de 10km autour des centrales, c’est se foutre de la gueule du monde ! A toute la France ne serait pas mieux cela dit, parce que quitte à dépenser plein de nos sous, autant le faire pour une bonne cause, sortir su nucléaire.

juste en passant :

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/heritage-sovietique/tchernobyl.shtml

Le 26 avril 1986, suite à une série d’erreurs humaines, le réacteur n° 4 de la centrale de Tchernobyl explosait. Les deux explosions successives, ainsi que l’incendie qui s’en est suivi et qui s’est prolongé pendant dix jours, ont projeté dans l’atmosphère une énorme quantité d’éléments radioactifs (représentant 200 fois la radioactivité totale produite par les bombes lancées en 1945 sur les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki). Ces derniers se sont répandus sur une zone très étendue, touchant principalement la Biélorussie, l’Ukraine et la Russie, mais également dans une moindre mesure treize pays européens et d’une manière encore plus dispersée l’ensemble de l’hémisphère Nord. Les deux principaux (mais non les seuls) éléments en cause sont l’iode 131 à durée de vie courte et qui se fixe sur la glande thyroïde, et le césium 137 dont on considère que l’effet ne se sera estompé notablement que d’ici 300 ans.
Outre la zone d’exclusion de trente kilomètres délimitée autour de la centrale et totalement interdite, 55 000 km2, dont 25 000 de forêts, ont été contaminés par le Césium 137 en Ukraine, soit 4,8 % du territoire, regroupant 12 oblasts (régions) et 2 300 villes et villages et abritant environ deux millions de personnes.
En Russie, ce sont 50 000 km2 et 1,5 million de personnes qui sont concernés, les oblasts de Briansk, Orel, Kaluga et Toula étant les plus touchés.
En Biélorussie, 2,1 millions de personnes, soit 20 % de la population dont 700 000 enfants, vivent sur les 18 000 km2 les plus contaminés. 485 villages ont été évacués dont 70 ont été rasés et enfouis sous une couche de terre.

Alors distribuer quelques pastiles sur des zones de 10kms autour des centrales française en tentant de nous faire  croire que le nucléaire est presque sûr et propre, c’est quoi exactement ?

On évacuera Lyon ? Paris ? L’île de France ?  franchement, que se passera t-il en cas d’accident ? que ferez vous ? l’autruche comme aujourd’hui ?

Désolé, c’est un peu dur, mais c’est ce qu’il se passe, nous nous cachons la vérité, on ne veut pas y réfléchir. D’ailleurs combien d’entre vous après la lecture de ceci changeront d’opérateur électrique pour quitter EDF qui adore faire pousser ses centrales nucléaire près de chez vous en omettant bien entendu de parler de déchets ?

Ah oui, encore une bien drôle dans la FAQ du site d’edf cité ci-dessus :

L’efficacité des comprimés d’iode est de 24 heures après leur ingestion. Les comprimés d’iode sont au maximum de leur efficacité s’ils sont ingérés deux heures avant le rejet d’iode radioactif.

Ben oui, donc pour ceux qui sont à moins de 10kms autour d’une centrale, on leur dit qu’il faut qu’il prenne leur pilule deux heures avant l’accident s’ils veulent une protection optimale… avant, pas après.

Voilà le communiqué du Réseau Sortir du nucléaire :

http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=571

15/06/2009 – Distribution des pastilles d’iode autour des centrales : une plaisanterie selon le Réseau « Sortir du nucléaire »

Des questions fondamentales restent sans réponse

A partir de ce lundi 15 juin 2009, une campagne de distribution de pastilles d’iode autour des centrales nucléaires est organisée par les autorités françaises et EDF (http://www.distribution-iode.com).

Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », ces distributions, de même que les simulations d’accident nucléaire organisées de temps à autre autour des centrales, sont de véritables plaisanteries. De toute évidence, l’objectif réel des autorités est de faire accepter à la population l’éventualité pourtant intolérable d’une catastrophe nucléaire.

En cas d’accident nucléaire, les pastilles d’iode ne sauveront personne : un nuage de type Tchernobyl comprend des dizaines d’éléments radioactifs, et pas seulement de l’iode. Or, il n’existe pas de pastilles contre les autres éléments.

Avec ces distributions et autres exercices ridicules, les autorités avouent néanmoins que le pire est possible et que peut survenir un drame équivalent à Tchernobyl. Mais les autorités n’apportent pas de réponses à des questions pourtant fondamentales :

– En cas de drame nucléaire, que faire des habitants de la région concernée ? Comment évacuer des centaines de milliers de personnes ? Où les évacuer ? Pour combien de temps ?

– Le périmètre de quelques kilomètres concerné par les exercices officiels et les distributions de pastilles d’iode est proprement ridicule : le nuage radioactif de Tchernobyl a touché toute l’Europe !

– à Tchernobyl, 800 000 liquidateurs se sont sacrifiés pour stopper la catastrophe. Qui ira si une catastrophe nucléaire se produit en France ?  (nd antoine : pas moi en tout cas, et vous ? qui alors ?)

Plus de 23 ans après la catastrophe de Tchernobyl, des zones entières sont évacuées pour des siècles, et des millions de personnes vivent toujours dans des zones contaminées, où la situation continue de s’aggraver : nourriture contaminée par le Césium, des milliers d’enfants touchés par des maladies de personnes âgées (cœur, foie, rhumatismes, etc.)…

Le nucléaire est un risque incomparable à tous les autres. La seule façon de se protéger contre ce risque est de fermer au plus vite toutes les installations nucléaires, militaires ou civiles, et non d’organiser de dérisoires exercices et des distributions de pastilles qui ne sauveront personne en situation réelle.

Bon, voilà, je voulais faire passer l’info car j’ai l’impression qu’elle ne circule pas beaucoup celle là non plus. Que pouvez vous y faire ? et bien pour une fois, il est possible de changer les choses, il suffit de changer d’opérateur électrique pour dire NON au nucléaire !

Une pensée sur “Une petite pilule ? …”

  1. « 800 000 liquidateurs se sont sacrifiés pour stopper la catastrophe »
    c’est quoi, un liquidateur? (ou plutôt c’était quoi? j’ai peur de deviner…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *