Vidanges de l’étang – étape I

DSC04880

Si si si, un étang de 50 ares, ça se vide aussi ! Et oui oui oui, ça se prépare un minimum ! Mais la question, pour ceusses comme nous qui n’ont jamais vidé une telle baignoire, c’est : comment ça se prépare justement ? ^_^

Alors comme on en sait trop rien, on va faire comme d’habitude, au jugé, dans l’urgence et on verra bien.

Le suspense est à son comble, en effet, plane sur cette vidange une inconnue de taille, le système d’évacuation des eaux est-il bouché ou non ?

Histoire de faire court, comme d’habitude entends-je dans le fond de la salle ? … hum, attaquons de suite avec quelques petits préambules. Oui, plusieurs. ^_^

Tout d’abord, salut à tous et désolé de ces longs silence sur ce blog, je suis débordé de boulot sur Le Petit Monde de Couillaler (nouvelles références, beaucoup de gestion clientèle et une troisième boutique créée sur Amazon ^_^ , j’en passe…) et il se passe beaucoup de choses au Bief question travaux extérieurs et préparation des chantiers venir et en cours. Bref, mes soirées sont courtes pour tout ce qu’il y a à faire, et c’est lebief.fr qui trinque, c’est ainsi… :o)

Tout d’abord, pourquoi veux t-on vider notre étang ? Oui, hein, finalement, pourquoi se compliquer nos chantiers avec cette tâche plutôt pas évidente vous le constaterez…

L’étang fait environs 50 ares, sans l’île. 5000 m2 d’eau, sur une profondeur plus ou moins inconnue, mais minimum 1m, et évidement plusieurs mètres vers le centre, donc, au bas mot, plus de 5-6000 m3 d’eau qui vont s’écouler. Ça en fait des baignoires qui gouttent. Le tout dans le champ en dessous. Il paraît que l’étang est alimenté par une source, j’espère que nous pourrons le vérifier un jour. Sinon, l’eau provient de l’écoulement des champs qui sont situés au dessus. Ces champs ne sont pas cultivés. Enfin, malheureusement, si, en un sens, on y cultive de l’herbe pour les vaches qui y paissent. Et il ne faut pas croire qu’ on regarde l’herbe pousser, non non non. On la griffe. On la herse. On la démousse et malheureusement, on l’engraisse, car l’herbe naturelle, c’est pas assez. Il est vrai que pendant une certaine période de l’année, cette herbe n’a pas du tout la même couleur que l’herbe des champs sur lesquels rien n’est fait, et j’imagine que la qualité de cette herbe est bien différente, dans tous les sens du terme d’ailleurs. Ce gavage se fait en arrosant la terre de tout le lisier produit par ces vaches pendant la saison hivernale, lorsqu’elles sont dans les stabulations, bien médicamentées comme il faut pour résister à cette toute nouvelle promiscuité. Tout ce lisier, avec tout ce qu’il contient comme nitrates et produits médicamenteux éliminés par les ruminantes glisse tout le long de la pente et vient tout droit dans l’étang. Concernant les produits antibiotiques et vaccins, décrire ici les conséquences sur le milieu aquatique de leur malvenue et de leur persistance serait un peu hors sujet, mais je vous enjoins à vous documenter vous même sur ce triste phénomène.

Un chaulage est aussi effectué sur ces pâturages, je ne sais pas trop si c’est de la chaux pure ou un mélange industriel tout prêt. Il faut qu’on se renseigne. Toujours est-il, que cette accumulation de nitrates, plus les résidus organiques, dûs aussi à la sédimentation naturelle de tout ce qui vit et tombe dans cet étang, plus la chaleur, la sécheresse, tout cela fait que l’eau ne respire plus. Des algues se forment à la surface de l’eau, qui respire encore moins, avec moins de lumière. L’étang s’étouffe. La saison des pluies le rafraichit comme on peut se rafraichir le visage à l’eau d’une fontaine, mais il lui faut plus que cela, un vrai bain ! Les sédiments ne s’élimine plus correctement, la vase se fait solide et grignote le territoire de l’eau par le fond et les bords.

Or, un étang se doit d’être vidé régulièrement, selon sa configuration en tout cas. Celui de La Clayette, à 7kms d’ici, est vidé périodiquement (tous les 2 ans paraît-il). Le poisson est vendu sur les quais. Notre étang à nous n’a pas été vidé depuis de nombreuses années. D’après mes renseignements, au départ, c’était il y a 4-5 ans, ensuite, la version a un peu changé et c’était plutôt il y a 7-8 ans. Aujourd’hui, on en est à « c’était y a ben longtemps » ^_^ et je veux bien le croire au vu de tout ce que j’ai dû creuser pour déterrer la bonde de cette baignoire géante.

L’ancien jardinier du château, qui s’occupait aussi de l’entretien de l’étang, avait sa méthode pour le vider. Il attendait évidement l’automne et ses pluies, le vidait entièrement, refermait la bonde, laissait se remplir à nouveau l’étang d’environs un tiers ou plus et ensuite le revidait. Et il faisait ça tous les 3 ans environs. Ainsi, la vase était un peu « mélangée » par ces deux vidanges et l’étang se nettoyait mieux.

Je pense que cela fait bien plus de 10 ans que l’étang n’a pas été vidé. Et en en discutant avec les voisins, tout le monde est d’accord pour dire que cela fait bien longtemps. Auparavant, d’après ce qu’on nous a dit, c’était l’occasion d’organiser un petit évènement autour de cette vidange, les gens du village venaient chercher du poisson et c’était un moment de partage. Puis, tout cela s’est un peu étiolé et, à la dernière vidange, c’est l’équarrisseur qui est venu récupérer tout le poisson. Voilà tout ce que l’on sait, par ouïe dire qui plus est ^_^

Cette vidange pose plusieurs difficultés. La première bien entendu, c’est de trouver l’évacuation de l’eau, la bonde de la baignoire. et de prier pour qu’elle ne soit pas bouchée. Ensuite, tout le reste en vrac, le poisson (2 mots pour un vaste problème), l’eau dans le champs en bas et vers où ensuite, passera t-elle correctement sous la route ? les tronc tombés à l’eau vont il gêner la manoeuvre ? les vaches dans le pré en dessous, bref, tout un tas de questions et autres facéties…

Premier problème à résoudre en tout cas : Où se trouve la bonde est-elle bouchée or not ?

Il fallait d’abord la trouver cette bonde ! Impossible de la trouver à l’oeil, la zone de prospection indiquée par la dernière personne à avoir vidé cet étang s’étalait sur 6-7m de large et il m’avait simplement été dit que la « bonde » (je ne savais pas du tout quoi chercher), se trouvait à 80cm de profondeur environs.

Je suis donc parti de la sortie de l’eau, que j’ai auparavant un peu dégagé.

Chic ! des images au milieu de tout ce blabla

Elle n'est pas bien large cette sortie...
Elle n'est pas bien large cette sortie...
On devine les 3 pierres que j'ai habilement alignées pour déterminer l'axe du "tuyau" d'évacuation de l'eau, pour en trouver son entrée ^_^
On devine les 3 pierres que j'ai habilement alignées pour déterminer l'axe du "tuyau" d'évacuation de l'eau, pour en trouver son entrée ^_^

Notons que le tunnel passe sous le gros chêne, laissant présager de joyeuses choses je ne sais pas pourquoi. Et oui, la sortie n’est en effet pas bien large. Espérons surtout qu’elle s’élargira avec la puissance du courant. Il parait que, lors d’une vidange précédente, une grosse carpe s’était mise en travers à un endroit particulier du puis d’évacuation et avait plus ou moins bouché la sortie, la décoincer fut visiblement une joie… pour elle aussi sûrement.

J’ai tracé une ligne imaginaire jusqu’à l’étang à partir de la sortie, et j’ai tout simplement creusé.

Et devinez ce que j’ai trouvé ?

"Au pied du noisetier, se terre dans un terrier, un anneau de fer forgé" Merci Fourras pour la précision...
"Au pied du noisetier, se terre dans un terrier, un anneau de fer forgé", Merci Fourras pour la précision...

Eh ouaip ! tout ça dans le prochain épisode, déjà en cours de rédaction je vous rassure. Il faut que j’arrête ici, sinon plus personne ne lira jamais mes interminables articles ^_^

4 réponses sur “Vidanges de l’étang – étape I”

    1. Pas bête une mise à sec ! Le temps de faire des rénovations dans l’étang quoi. C’est bien , car à plusieurs endroits, le mur qui le cintre est éboulé. On y pensera lors d’une prochaine vidange. Commençons déjà par voir s’il se vide une première fois :o)

  1. bjr,je vais devoir fair une vidange sur mon etang de 7 htc,le moine se constitut d’un bouchon en chene avec une evacuation au depart a la vertical.j’aimerai changer se systeme , pouver me conseiller un autre systeme pour ne plus avoir la peur que se bouchon me lache.

  2. Quelle belle histoire; ça change de nouvelles et compliment à l’écrivain&photographe on est tenu en haleine, passra passra pas
    « Au fond », à part tous les embêtements et joies procurés à essayer de le vider, cela reporte votre date de convivialité…
    dès que vous saurez la vidange finale relancez la date,
    car samedi denier on était prêt à se rendre chez vous mais mon père malade…
    donc tenez nous aussi « au courant »
    bonnes journées
    Jean Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *