La Pierre.

Elle est belle. Elle est dure. Elle est Froide. Elle est solide. Elle a la taille d’une tête d’homme, un peu moins peut-être.

Mais maintenant on sait à quoi elle ressemble. La Pierre.

Implacable, elle a sabordé une vidange purificatrice qui aurait pu se passer sans embrouilles. Elle a sans sourciller embêté une dizaine d’individus qui ne lui avait rien fait. Elle a du fond de son trou ourdi un complot maléfique qui n’avait comme unique but que de répondre à l’omniprésente loi de la gravité, une action simple et unique qui consistait à se tenir là, immobile, au fond de son trou, à peut-être ourdir un plan machiavélique. En tout cas, elle était là. Simplement posée au fond de son trou, bloquant tout passage, sous l’eau à 3m50 de profondeur.

La vilaine pierre.

Nous voilà samedi matin. La vidange avait démarré le vendredi 8 jours avant. Aujourd’hui, c’est le tout pour le tout. Le jour J. Nous allions enfin savoir comment tout cela allait se terminer.

Je suis donc impatient d’aller voir l’étang.

ET C’EST LA CATASTROPHE ! Je n’étais pas totalement paré à une telle vision. Il est presque vide ! Ambiance baignoire pour tous les poissons.

François arrivé en même temps que moi en arrive à la même et rapide conclusion qui s’imposait alors, il fallait pêcher aujourd’hui, ce matin même ! Tout de suite quoi.

En effet, vu de plus près, on réalise que les poissons ne survivront pas à une journée supplémentaire de vidange allégée. Il va falloir déboucher le puits, et maintenant ! Le plus vite possible. Les téléphones sont vites dégainés, le réseau social local est très efficace, les personnes libres se mettent en route vers Le Bief, les autres viendront quand/si elles pourront. Je suis très impressionné par la disponibilité et la gentillesse des gens. Je pourrais faire un aparté pour noter également que c’est le cas de 99,999999999999999999999999999999999999999999999 % de mes clients, cela me surprend toujours….

Le niveau de l’étang étant vraiment bas, le niveau d’eau dans le puits a bien baissé aussi. En soulevant la bonde pour déboucher ce que nous avions mis la veille avec le tractopelle, le niveau d’eau est rapidement descendu dans le puits. Et pour une fois, il est descendu très bas. Je suis donc moi même redescendu une fois de plus dans ce profond puits et ai enfin pu y poser les 2 pieds. On retire l’échelle pour me laisser plus de place pour travailler, ou bien pour être sûr que je ne remonte pas avant que le puits soit débouché ;o) , toujours est il qu’au fond de ce puits, avec tout le bruit et les remous partout, on sent la force de l’eau et la froideur de la pierre (je mets de côté l’odeur de vase histoire de ne pas gâcher ce moment de poésie… oups, trop tard. ^_^ ) et sans son échelle pour remonter vite fait, on se sent un peu petit.

Je plonge donc mes mains dans l’eau froide, une fois de plus, et fouille le trou. Je la sens très rapidement. Elle est là. Prise dans le courant rapide de l’eau qui cherche à s’écouler. Elle est là. Posée en plein dans le trou au fond du puits. Bloquée dans le coude à 90*. Enfin bloquée, en fait je n’ai eu qu’à la saisir d’une main glacée. 8 jours de travaux intensifs pour une simple pierre tombée dans le trou de la bonde et qui ne passait pas le coude à 90°.

Je crie alors victoire. La joie et le soulagement sont perceptibles en haut du puits. Le message circule rapidement. Je profite d’être en bas pour nettoyer enfin le puits. Je fais passer tous les gravats qui nous ont embêté toute la semaine dans le trou libéré de toute entrave à son bon fonctionnement. Tout passe maintenant sans encombre, l’eau coule vite, très vite.

Alors attention, pour la première fois depuis 1997 (qui est l’année officielle de la dernière vidange), et pour la première fois devant nos yeux à tous, des photos du fond du puits !

Oui oui, on dirait assez des toilettes dites « turques » (attention, super lien!). Le principe est en tout cas le même, mais les poissons un peu plus gros et plus frétillant ^_^

On me redonne l’échelle et peut enfin ressortir du puits. ^_^

La pêche peut alors commencer !!!!! L’adrénaline circule dans tous les corps impatients ! Et votre patience à vous va enfin être récompensée. ^_^

Voilà déjà les trois espèces les plus représentées dans l’étang. Les reconnaitrez vous ?

Et voilà comment nous les avons trouvé ce matin là.

Il était temps de commencer la pêche…

Personne, et moi le premier, n’avions jamais vu de tels barracudas ! Hormis sur les couvertures de magazines de pêche, nous n’avions jamais contemplé de tels poissons. Vu qu’ils ne rentraient pas dans les épuisettes, nous avons du aller les chercher à la main. J’ai eu l’honneur d’aller en chercher un moi même dans l’étang. Une première pour moi. « Prends le par la gueule ! » me dit-on depuis la berge… ^_^ Bien sûr…. Long d’environs 90cm, une petite dizaine de kilos. Un beau mastard. Je le prends par le corps, il ne bouge pas. C’est spongieux sur deux centimètres, en dessous, on sent le muscle présent. J’essaie de le soulever. Il bouge simplement d’une ou deux convulsions et se dégage comme si une mouche le gênait. Il se dirige en rampant sur la vase vers la sortie de l’étang, il faut le rattraper avant car il ne passera peut-être pas le puits et risque de nous et compliquer gravement la tâche. Je le saisis alors comme on me le conseille alors, et comme je l’avais vu sur des magazines de pêche, par les ouïes. Une main dans chaque, je le soulève, m’enfonce encore un peu plus dans la vase, et me redirige vers la berge.

Il se secoue. C’est dingue la puissance de ce truc ! Je le lâche. Le repêche. J’ai peur de le blesser, et qu’il me blesse. Ils ont une mâchoire et des dents capables de trancher une main sans trop de soucis. Pour ce que j’en sais, ce ne sont pas des poissons dangereux, au contraire, ils sont même plutôt craintifs, heureusement pour les baigneurs que nous pouvons être parfois ^_^. Par contre, comme tout être, une fois acculé, ou en danger, ou les deux, il peut alors se servir de sa puissance pour autre chose que se nourrir. Et penser à ça quand on le monte sur une berge à bout de bras, s’extirpant de la vase, rien de tel…

Bon, il ne s’est rien passé en tout cas, c’était une expérience particulière. Pour moi et hélas pour lui aussi sûrement. Les gros brochets n’ont pas été remis à l’eau à la fin de la pêche, ils ont été distribués aux participants. L’un d’eux, des brochets je veux dire, a été mesuré et pesé, ce n’était pas le plus gros, il faisait 1m05 et pesait 12 kilos. De quoi nourrir un peu de monde ^_^

Les gros brochets n’ont pas été remis à l’eau, ils auraient représenté un danger trop grands pour tous les autres poissons remis à l’eau. En effet, le temps que l’étang soit à nouveau rempli et puisse offrir suffisament de cachettes, il n’en serait rien resté. Nous avons donc remis tous les « petits » (entre 20 et 50cm) à l’eau et avons gardés les grands (4 je crois). Il y avait quelques perches, assez petites et pas nombreuses. Les brochets devaient préserver leurs cheptel de ces concurrents.

Il y avait beaucoup de gardons, des seaux et des seaux de friture. Nombreux ont été ceux remis à l’eau, nombreux ont aussi été répartis entre deux étangs voisins histoire de les repeupler.

Beaucoup beaucoup de carpes. Je savais qu’il y en aurait beaucoup car on pêchait facilement la carpe dans l’étang (presque une dizaine à l’heure, au bon endroit à la bonne heure bien sûr). Pas de grosses carpes. En moyenne 30-35cm et 40-45 pour les 2-3 plus grosses. Mais déjà donc de quoi nourrir sa famille, et procurer quelques sensations à la pêche, pour les enfants surtout ! Idem que pour la friture, celles qui ne sont pas retournées à l’eau sont allées vers d’autres étang.

La pêche terminée, la tension retombe, les histoires vont bon train, les verres se remplissent, l’ambiance est détendue.

La bonde est remise dans son trou. Nous en étanchéifions le contour avec quelques seaux de terre, sans gros cailloux ^_^et l’étang, alimenté par à priori deux sources, du moins c’est ce que nous avons pu observer, peut alors recommencer à se remplir.

La vase est encore bien présente, nous n’avons pu que changer l’eau de l’aquarium, en préservant les poissons, et s’assurer que la prochaine vidange se passera mieux, voire facilement ^_^

C’est déjà pas mal. Pas mal du tout même.

Il y aura eu quelques pertes tout de même, globalement peu cela dit, et proportionnellement encore moins. Quelques ventres transpercés par des coups de barre de fer, quelques arrêts cardiaques et autres grands chocs, le bilan varie selon les manifestants ou la police, mais les images restent hélas les mêmes…

Rendez-vous est pris pour la vidange 2011 « Le grand dévasage ». Du moins, le premier. En théorie, les vidanges suivantes seront sûrement 2012,2013, 2015, 2018, 2021,… Jusqu’à la fin des temps… Jusqu’à l’âge de glace ou nous retournons lentement.

En attendant, la vidange 2010, notre première, est enfin terminée. Encore un sacré chantier…

2 réponses sur “La Pierre.”

  1. et bien hercule n’aurait pas fait mieux…çà te fait du poisson pour un moment maintenant reste à savoir s’il y a une poissonnerie dans le coin qui serait d’ accord pour prendre tes poissons, la prochaine fois essaies la dynamite c’est plus rapide mais illégale…alors l’été prochain tu ouvres donc une piscine olympique, c’est bien çà? l’emplacement est bien choisi à bientôt je n’oublierais pas ma serviette quand la piscine, l’étang, sera remplit!!! ;-) cyrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *