Si la météo et la bêtise s’emmêlent…

Hou!Hou! fait le hiboux face à tous ces fous.
Hou!Hou! fait le hibou face à tous ces fous.

Voilà, aujourd’hui, en ce mois de septembre 2014, pendant qu’aucune vraie décision ne sera prise à New-York au sommet sur le climat dont on ne veut surtout pas qu’il bouscule nos petites habitudes de consommation, pendant qu’en France, pour réduire le déficit de la sécurité sociale on préfère continuer à faire des économies plutôt que de chercher à diminuer le nombre de malades1 pendant que l’Autorité de Sûreté Nucléaire elle-même nous prévient en 2013 de ce qui va advenir un jour prochain2 et, qu’à l’instar de tous les précédents experts en accord sur ce sujet il n’est et ne sera pas relayé ni entendu par des décideurs déjà décidés depuis bien longtemps, ici, au Bief, il a neigé en cette nuit du 20 novembre 2013.

Oui, j’avais envie de ronchonner ce soir… Sûrement toutes les sempiternelles platitudes journalistiques entendues encore ce soir sur plusieurs radios lors des grands heures de propag… euh, d’écoute ! :)

Et, oui, nous en étions resté là, sur ce projet plantation qui approchait ce 19/11/21013 au soir…DSC07277

Eh bien, le 20/11/2013 au matin, cela ressemblait à cela :

Oui, dans le fond, les mêmes sacs... au frais...
Oui, dans le fond, les mêmes sacs… au frais…

DSC07279

Alors, forcément, en attendant que disparaisse toute cette neige, nous en avons profité un peu… jusqu’au 22 en fait. Court et bref, mais l’essentiel a pu être fait, un peu de luge, un peu de boules de neige, une petite chouette de neige (oui, hibou, chouette, on y voit ce qu’on veut ;) ) … :o)

Le Bief, 2j plus tard.
Le Bief, 2j plus tard.

Voilà… ce furent là les seules journées de neige de cet hiver dernier. Cela arrive, rien de bien grave. Rien à voir avec ce qui est décrit au début de cet article… ^_^

Heureusement, je reviens bientôt… avec d’autres sujets et la presque fin du chantier de l’isolation de la façade nord…

Et moins de ronchonneries… ;)

  1. Alors que pour ça, au lieu d’éloigner les enfants de leurs parents en décourageant ces derniers de les garder 3 ans, il suffirait déjà, par exemple, de manger simplement mieux : moins de produits laitiers (que des avantages, notamment pour le poids et la santé (incroyable le nombre de petites et grandes choses que cela résout)), moins de viande, je ne suis pas moi-même végétarien, mais déjà réduire sa consommation (ce qui est mon cas) réduirait fortement les soucis de santé, ainsi que les dégagements de méthane (ceux issus de l’élevage, pas les miens ! ^_^ ), hautement dommageable à notre climat! On pourrait ainsi aider à régler le problème du climat ET de la santé… Moins d’alcool. Ouch! Là, on ne se fait pas des amis en France avec ce genre de propositions, mais les faits sont là, moins d’alcool, moins de maladies, moins de morts, moins de frais directs et indirects. Trois points faciles pour économiser des milliards et améliorer nos conditions de vie… mais non, mais non, il vaut mieux continuer à dévaler la montagne sans regarder ailleurs et faire des économies tout en cotisant de plus en plus ! grrrrrrr…
  2. « La sûreté nucléaire et la radioprotection en France en 2013 : L’Autorité de sûreté nucléaire présente son Rapport sur l’état de la sûreté nucléaire et de la ­radioprotection en France en 2013. » http://www.asn.fr/Informer/Publications/Rapports-de-l-ASN/La-surete-nucleaire-et-la-radioprotection-en-France-en-2013 où on peut lire : « La persistance d’incidents significatifs appelle à maintenir la vigilance vis-à-vis du risque d’un accident grave toujours possible ». Voilà, c’est dit, un accident grave toujours possible! Sachant qu’un seul suffit… Alors, si l’ASN le dit, pourquoi personne ne l’écoute ni ne la relaie ? sauf Monsieur Lhomme bien entendu et Ruth bien sûr, notamment via son exxxxxxxcellente émission Terre à Terre (un podcast de qualité !), celle-ci en l’occurrence : http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-le-blues-des-experts-1-2014-09-13 où on y démonte aussi, vers la fin, le mythe de l’allemand pollueur avec ses vilaines centrales à charbon alors autant garder le bon nucléaire tout propre ici (et nos déchets sous terre à Bure (55))… :)

3 réponses sur “Si la météo et la bêtise s’emmêlent…”

  1. Permettre aux jeunes mamans de rester trois ans avec leur tout petit, c’est aussi leur permettre de les allaiter plus facilement (on peut allaiter et travailler, mais la barrière psychologique est si grande que la majorité y renonce malheureusement*) et donc permettre à ces enfants d’avoir un bon départ en santé dans la vie. Je ne sais pas si toutes les visites aux urgences des moins de trois ans pour bronchiolites et gastros (deux pathologie très fortement réduites statistiquement grâce à l’allaitement) coûtent vraiment moins cher que les congés parentaux des mamans qui souhaitent les prendre.
    Bon, après, il faudrait aussi que l’état ait une réelle politique d’allaitement. Dur quand on sait la place prise par Nestlé et Danone…

    *Pour celles qui se posent des questions sur comment que ça se fait que ce soit possible cette chose-là qu’on m’a toujours dit que c’était impossible ou héroïque, je ne peux que conseiller la lecture de l’excellent petit livre de Claude Didierjean-Jouveau, le « Petit guide de l’allaitement pour la mère qui travaille » et qui laisse la parole à toutes ces mamans HEUREUSES d’avoir pu continuer à allaiter en travaillant, et ça n’a l’air plutôt pas si compliqué que ça…
    http://www.amazon.fr/Petit-guide-lallaitement-pour-travaille/dp/2883537895/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1412071709&sr=8-1&keywords=allaitement+m%C3%A8re+travail

    1. Bien sûr, je suis d’accord avec Antoine et Roxane et je rajouterai que, même sans allaitement, un tout petit, et toute la société avec, bénéficie grandement d’un démarrage tranquille dans la vie, au rythme du quotidien familial et non d’une course folle résumée dans la formule célèbre « métro(voiture, etc), boulot, dodo ». Et puis, plus simplement, pourquoi ne pas laisser le choix (un vrai choix impliquant que les familles n’aient pas à se faire des nœuds au cerveau pour savoir s’ils vont pouvoir assurer le quotidien financièrement) aux parents: s’occuper de ses enfants ou les confier, c’est à qui de choisir, à l’Etat ou aux parents? J’ai choisi et j’aurais bien aimé que l’Etat me soutienne dans mon choix! (Je précise que n’ai jamais touché l’argent d’un congé parental, ce qui ne m’empêche pas de vouloir défendre ce qu’il représente)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *