Le Bief et La Maison Ecologique

Un numéro pas comme les autres...
Un numéro pas comme les autres…

Si vous passez chez votre vendeur de magazines préféré, n’hésitez pas à aller découvrir la rubrique A Vos Blogs du magazine d’octobre – novembre 2014 de La Maison écologique. S’il est vraiment sérieux et sympathique, ce vendeur devrait avoir ce genre de documentation dans ses rayonnages. :)

Vous y verriez quelques photos du Bief, et vous dire alors…. « Waouw! Quel mag’ extra! C’est dingue cette rubrique et ces blogs qui la composent à chaque numéro! Et celui-ci surtout! Il faut absolument que j’achète ce magazine n°83 et que je m’en inspire pour revoir certaines choses dans ma vie! Enfin, il faut surtout que j’achète quelque chose à mon vendeur préféré si je veux qu’il puisse continuer à l’être, vendeur. ». ^_^

Quant à nous, ici, au Bief, nous allons continuer d’être, tout simplement. :o)

Cette incroyable et éblouissante notoriété qui éclaire aujourd’hui nos vies, pourtant déjà lumineuses, ne nous ravira pas la flamme qui illumine nos cœurs amoureux.

En plus clair, la vie continuera de suivre son cours.

Ce dont personne ne doutait vraiment… :)

Avec aussi ces nombreux chantiers eux aussi en cours…

Ceux dont personne ne doutait vraiment non plus! ;)

DSC09377
De belles fleurs de Tanaisie…

Un chantier terre sous la glace…

DSC07302

Oui… après un petit épisode neigeux, retour au soleil.. au ciel bleu. Retour vers un ciel sans nuage. C’est beau. Et ici, à la campagne encore plus qu’ailleurs, en ce 27 novembre 2013, sans tout ce bitume urbain qui évacue par sa masse toutes ces dernières chaleurs accumulées, cela se traduit bien vite par de belles et ravissantes gelées matinales.

Bon, d’après mon logiciel de gestion de photos, celle-ci a été prise à 15:34:34, ce qui tendrait à prouver soit que :

  • J’ai des horaires de lever bien tardifs…
  • Les gelées ont aussi quelque chose de poétique les après-midi…
  • J’ai un sens de la précision (ou de la chance penserait quelqu’un que je connais (^_^)  ) pour prendre des photos à une heure si particulière.
  • Il fait effectivement frais le long d’un pignon nord et que nous faisons bien de l’isoler par l’extérieur !

Oui, je sais, un peu tout ça sûrement… Il n’y a pas écrit sur mes cartes de visite de mon Petit Monde de Couillaler, après le numéro de téléphone, « pas avant 10h merci » pour rien ! ^_^

Peu importe la glace, il faut que je termine la dernière couche de cette isolation extérieure. Il est temps d’en finir ! Surtout avant que ne viennent les vrais gels, ceux qui vont empêcher le séchage correct de ces derniers mètres carrés d’enduit chaux. Nous sommes fin novembre quand même.

Au programme, la dernière zone qu’il me restait à faire juste avant que la neige ne vienne interrompre le chantier. Il me faut mouler en plus l’encadrement de fenêtre et créer les angles nécessaires à un futur volet en bois qui va venir s’y intégrer

DSC07275

J’ai donc commencé surtout par espérer que la météo ne viendrait pas ruiner tout ce travail de sculpture. Car c’est plutôt embêtant à faire ces angles… l’air de rien.

On voit bien ici l'isolation extérieure ajoutée... il faut penser aux accroches pour les volets...
On voit bien ici l’isolation extérieure ajoutée… il faut penser aux accroches pour les volets…
Oui... un petit nettoyage de vitre s'imposera... ^_^
Oui… un petit nettoyage de vitre s’imposera… ^_^

Cela dit, maintenant que je commence à en voir le bout, le résultat est assez plaisant. Cette masse ajoutée sur ce mur en pierres, masse de terre et de paille, est douce au regard, reposante pour l’esprit, réconfortante et présente. Elle a comme une âme. Une chaleur de vie que n’avaient pas les pierres à nu qui s’y affichait auparavant.

DSC07303

Mais si je ne veux pas que cette chaleur s’humidifie au dégel, il va encore me falloir nettoyer toute la base du mur et soigner la non-connexion de l’isolant au sol. Sol qui pourrait bien vouloir, par capillarité, lui refourguer de l’eau, qu’il partage volontiers, et ainsi fragiliser cette isolation extérieure par son rare point faible, sa perméabilité. D’où l’intérêt de cette dernière couche d’enduit chaux-sable pour protéger l’extérieur, et de bien couper la base du sol pour protéger les remontées par l’intérieur.

Pour rappel, ici, au pied du mur, tout du long, avait été posé un drain enterré, emmitouflé dans une tranchée emplie de galets. L’isolation repose sur plusieurs couches de planchettes souples de lièges, d’une épaisseur de 8cm environs, je crois… ça fait longtemps maintenant. :)

À terme, si je trouve un jour le temps (Ha!Ha!Ha! Elle est bonne ! :) ), et si je vois que le liège ne suffit pas ou se détériore trop (ce qui sur une façade nord, de fait relativement protégé aussi ici, pourrait bien prendre du temps), et si je suis motivé, je pourrais bien être tenté de remplacer ces couches de ce liège réputé quasi imputrescible (je dis quasi, car quoi qu’on dise, cela reste un matériau naturel, et donc soumis au temps. (ce qui vaut aussi pour les matériaux non naturels cela dit (il n’y a qu’à penser à nos centrales nucléaires vieillissantes qui ont commencé leur putréfaction il y a quelque temps déjà. hi!hi!hi!))) par un sous-bassement comme celui utilisé sur l’isolation extérieure de notre façade est.

L'isolation extérieure IsoSaintAstier, vous en entendrez reparler... sur ce blog au moins. ;o)
L’isolation extérieure IsoSaintAstier, vous en entendrez reparler… sur ce blog au moins! ;o)

C’est comme un rail métallique sur lequel vient se poser l’isolation extérieure (qui ne repose pas sur lui bien sûr). C’est assez propre. Bon, ici, c’est une façade est, plus exposée aussi… Et les matériaux utilisés n’ont rien à voir. Sauf la chaux… ;)

Aah, la chaux, la terre, tous ces matériaux… c’est quand même beau !

Une belle couverture dorée... pour le plus beau des palais.
Une belle couverture dorée… pour le plus beau des palais.

Le reste en images ?