Vidanges de l’étang – La bonde

La bonde ! Chanson engagée.

Allez musique !

Aaah, la bonde. Le système de vidange de l’étang.

Tout repose sur lui. Si l’écoulement de l’eau ne se fait pas, la vidange est tout simplement beaucoup plus compliquée. Mais pas impossible.

Cela dit, disons le de suite, si c’est bouché, ou éboulé, ou autre chose, je ne me vois pas couper le chemin d’accès au Bief pour creuser un nouveau tunnel d’évacuation de l’eau, ou louer une pompe à moteur thermique, comme celles utilisées lors des inondations. Mais si on ne vide pas l’étang, il va totalement s’étouffer et mourir dans d’horribles souffrances pendant que les carpes atteintes de lèpre noire se boufferont les écailles de douleur…. euh bon, voilà, ça c’était pour évacuer le négatif pour repartir de bon pied sur la vraie suite de cette vidange, car celle-ci se passera bien, si si…

D’ailleurs, tout avait bien commencé. Je ne savais même pas quoi chercher. A quoi pouvait donc bien ressembler un système de vidange d’un étang ? Après quelques explications de personnes ayant déjà vidé l’étang, ou ayant participé à l’une ou l’autre, et surtout après l’avoir trouvé, j’ai enfin compris le bidule.

Plutôt que de longues et sombres explications, j’ai opté pour un beau dessin réalisé entièrement avec mes belles mimines, sur ce beau trackpad  qui me sert de souris car en ce moment, je bosse au chaud devant l’insert, et pas dans le froid de mon bureau qui n’est pas chauffé ni isolé.

Attention, chaud les yeux !

bonde

Bien entendu, ce schéma simpliste n’intègre pas toutes les variables du problèmes, comme le vieux chène qui pousse juste au dessus, et ses racines en dessous :o), ou bien tout simplement l’état du tunnel d’évacuation de l’eau, qui est composé non pas d’une belle canalisation large et circulaire, mais d’un assemblage de pierres plates qui forment un tunnel irrégulier et étroit (?).

Bref, je m’interroge. Je m’inquiète aussi un peu même si cela est inutile car je sais que je ne peux rien y faire pour l’instant ^_^ DSC00046

Le soucis est en fait que je ne peux pas faire d’essais. D’après ce qui m’a été dit, si je soulève ce tronc (il faudra déjà que j’y arrive :o) ), ça sera pour de bon, il ne sera pas possible de le redescendre, à cause de l’eau et de tout ce qui circulera dans le tunnel, et parce que la terre et les gravats qui avaient été pelletées dedans pour colmater n’y seront plus.

C’est là que réside une des problématiques de ce projet, comment organiser quoi que ce soit, communiquer et tout, si le jour J-1, je soulève le tronc et que rien ne se passe ? Oui, j-1 car il faut plusieurs heures pour qu’il se vide :o)

DSC00040Voilà, voilà donc la question posée concernant cette bonde que j’ai finalement trouvée du premier coup, avec un peu de chance et ma bonne étoile en renfort.

Planquée sous 1 bon mètre sous le niveau du chemin, planquée sous quelques traverses de chemin de fer, cette bonde s’est faite désirer.

Une des traverses était tombée dans l’eau sous le poids de la vie, des ans de la terre, des gravats et du gros rocher qui étaient dessus. Plantée en diagonale dans le puit, ce fut un plaisir de l’en sortir, surtout que je ne pouvais pas la lacher au risque de la voir partir dans le fond du trou car, imbibée d’eau vu qu’elle trempait dedans depuis de nombreuses années, elle coulait comme un pierre. Et une traverse de chemin de fer imbibée d’eau, c’est lourd ! Idem pour les rochers que j’ai du enlever, non pas qu’ils étaient imbibés, mais juste lourds ^_^ .

DSC00042

Que dire aussi de toute la terre que je creusais tout autour du puit et que je voyais impuissant tomber dans l’eau. Toute cette terre et ses pierres qui maintenant je l’espère ne boucheront pas plus le système…

Voilà pour la bonde, nous verrons bien ce qui se cherrera quand nous tirerons la chevillette ^_^

Le reste en commentaires imagés…

Une pensée sur “Vidanges de l’étang – La bonde”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *