Un matin… brun.

logo_criiradAvant d’aller plus loin, relayons une informations dont vous avez bien entendu déjà parler dans ce grand zapping embrouillaminique quotidien.

Saviez vous qu’il allait être possible maintenant de mélanger des substances radioactives dans les biens de consommation et les matériaux de construction ?

Non ? étrange, pourtant on me manque pas d’informations, nous cacherait-on l’essentiel ? il faudrait demander au 65 millions d’autruches.

En tout cas, EDF, on lui doit bien plus que la lumière… et pour longtemps.

Heureusement que des organismes citoyens indépendant, comme la CRIIRAD ont toujours une lumière d’avance sur les politiques et savent éclairer la lanterne des plus téméraires pour leur guider la tête hors du trou.

En tout cas, cette info m’abasourdit. Mais dans quel monde précipite t-on nos enfants ? Quand se décidera t-on a constater que ce système ne fonctionne plus et qu’il faut s’en démettre ? On est plus juste avant 1933 comme je le pensais, ni en 1984 comme je le constate, c’est encore pire, c’est un mélange des deux qui nous mène droit vers le soleil… vert.


Alors, que nous rajoute t-on cette fois ?

L’info en entier se retrouve ici, c’est hallucinant, comme tant d’autres choses malheureusement.
http://www.criirad.org/mobilisation/5mai2009.html

  • En 2002, deux garanties essentielles pour la protection du public contre les dangers des rayonnements ionisants ont été inscrites dans le CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (CSP) :
    • L’INTERDICTION D’AJOUTER délibérément des substances radioactives dans les aliments, les biens de consommation et les produits de construction (cf. article R.1333-2) ;
  • L’INTERDICTION D’UTILISER des matériaux et des déchets provenant d’une activité nucléaire – et qui sont CONTAMINES ou susceptibles de l’être – pour la fabrication de biens de consommation et de produits de construction (cf. article R.1333-3).

Jusque là, tout va bien donc, mais voilà, évidement, sous la pression de ceux qui ont à gérer ces stocks de produits et qui ne savent pas quoi en faire car on ne SAIT PAS QUOI en faire !
Areva ment quand il disent recycler les déchets nucléaires, car les déchets nucléaires NE SE RECYCLENT PAS ! qu’on se le dise une fois pour toute. La Hague n’est pas une usine de recyclage !

Donc, sous pression, notre gouvernement chéri (cela aurait pu en être un autre) a donc une fois de plus commencé à céder. Un arrêté ministériel a donc été publié.

  • Le 5 mai 2009, un ARRETE INTERMINISTERIEL a instauré une procédure de DEROGATION à ces interdictions, une procédure particulièrement laxiste. Cet arrêté a été publié en dépit d’un AVIS DEFAVORABLE de l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

    Cinq produits seulement sont exclus des dérogations et protégés des contaminations radioactives :
    1/ les aliments ; 2/ les produits cosmétiques ; 3/ les parures ; 4/ les jouets ; 5/ les matériaux en contact avec les aliments et les eaux.

Bon peut-on se dire, le principal est évité. Sauf que…

Sous réserve de cette obtention, les métaux, plastiques, gravats… contaminés issus du démantèlement d’installations nucléaires pourront servir à la fabrication de matériaux (ciments, acier, plomb…) qui seront utilisés pour la construction d’habitats ou de locaux de travail, de moyens de transport (voitures, vélo, bateaux…), d’équipements ou d’objets de la vie quotidienne (meubles, fournitures de bureau, vêtements…). Si les jouets sont exclus des dérogations, la fabrication des équipements destinés aux bébé ou aux enfants… pourra s’effectuer à l’aide de composants radioactifs. Si les matériaux en contact avec les aliments sont exclus des dérogations, tel n’est pas le cas des vêtements et des polaires pourront, par exemple, être réalisés à l’aide de plastiques contaminés en provenance de la déconstruction de centrales ou d’usines d’enrichissement…

Il faut par ailleurs souligner que l’interdiction de fabriquer des jouets, des parures et des objets en contact avec les aliments à partir de matériaux contaminés provenant des installations nucléaires ne peut être garantie qu’à la phase initiale, lors du premier recyclage. Pour les recyclages ultérieurs, tout contrôle sera impossible. [ndantoine: !!!!!!!!!!!!!!]

Imaginons que du plastique contaminé provenant d’installations nucléaires soit utilisé pour la confection de tables et chaises de jardin (une application qui est éligible aux dérogations). Lorsque ces équipements seront hors d’usage et recyclés, rien ne garantira que le plastique récupéré ne servira pas à la fabrication de jouets, de parures ou d’emballages alimentaires : le code de la santé publique interdit dans ce cas la délivrance de dérogations au régime d’interdiction mais, à ce stade, le plastique contaminé ne proviendra pas d’une installation nucléaire ; il sera déjà dans le domaine public ! Il n’y aura pas de dérogation à demander : l’ajout se fera en dehors de toute autorisation et à l’insu de tout le monde, les consommateurs comme les autorités puisque la traçabilité ne sera plus assurée. De la même façon, il ne sera plus possible d’empêcher que de l’acier contaminé utilisé dans l’industrie automobile ne serve pas, lorsque les voitures seront mises au rebut, à la fabrication de batteries de cuisine.

Vous commencez à voir le topo ?

Bienvenue dans la joyeuse société de demain !

Alors, si on est pas juste avant 1933 ou juste après ? ni en 1984 ? vers quel modèle de société tendons nous ? hein ? Parce que moi, je commence à trouver que ça commence à brunir un peu tout ça. Je vais d’ailleurs consacrer mon prochain article à cette couleur.

Bon, alors que pouvons nous faire nous pour tenter d’éviter l’inéluctable ?

Diffusez cette info bien entendu, pour qu’au moins vos proches le sachent aussi.
http://www.criirad.org/mobilisation/5mai2009.html

Ensuite, une fois encore je le répète QUITTEZ EDF pour un fournisseur électrique SANS NUCLEAIRE ! Vous voyez bien ci-dessus que cela commence à vous toucher directement non et que l’on continue à nous prendre pour des lapins ?

En plus, c’est simple, ne nécessite pas de travaux et ne change rien dans votre installation, quelle qu’elle soit et ça fait du bien.

Ici, au Bief, nous sommes alimentés par Enercoop

4 réponses sur “Un matin… brun.”

    1. J’aurais préféré une blague, cela va sans dire. Malheureusement, nos gouvernements ne rigolent pas avec l’atome, ils l’enterrent ^_^
      Et pour info cela se fait déjà depuis bien longtemps, mais cela ne rentrait pas encore dans nos maisons, pas trop. Il était temps que cela change devait-on se dire chez areva où on ne sait plus quoi faire des déchets radioactifs (et ce depuis le début de leur production !).

      On ne peut plus trop l’envoyer en sibérie en stockage en plein air maintenant qu’on sait qu’EDF le faisait en douce, on ne peut plus l’enterrer dans les mines comme en Allemagne (http://www.sortirdunucleaire.org/actualites/communiques/affiche.php?aff=668), qu’en faire alors ? en mettre un peu partout bien sûr !
      Bon, on parle pas des mêmes déchets, mais le principe est là…

      Pour continuer à rire de ces bonnes blagues :

      http://www.criirad.org/mobilisation/5mai2009.html (la page sera remise à jour début mars 2010, n’hésitez pas à la revisiter)
      http://www.dissident-media.org/infonucleaire/semer_radio.html
      http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=dossiers&soussousmenu=campagne-CRIIRAD&page=index

Laisser un commentaire