Premiers tests de la cuisinière bois Châtelaine de Godin

dsc00340Voilà, l’hiver n’est pas encore terminé, cela ne fait que de toutes petites semaines que nous utilisons ce matériel, nous sommes donc loin d’en avoir fait le tour, au contraire, mais peut-être pouvons nous déjà faire une première synthèse des travaux effectués ici pour l’installation de notre insert Godin 851HR et de la cuisinière bois/gaz/électricité Chatelaine de chez Godin toujours.

une première constatation s’impose, le chauffage et la cuisine au bois, ce n’est pas magique comme la fée électricité, ici, il faut s’adapter à certains paramètres…

Et puis aussi, pourquoi donc cette photo en en-tête de cet article ?
Comme je n’avais pas de nouvelles photos de la cuisinière à vous proposer, voilà donc une nouvelle photo du Bief prise avant-hier dans son environnement ^_^

Un peu d’histoire…

La première tranche des travaux est relatée ici, et je ne reviendrai plus dessus. Novembre 2008, c’est loin déjà :o)

Ensuite est venue la deuxième tranche

Suivie enfin par une première analyse du schmilblick..

Se finissaient ensuite les travaux de l’insert et l’installation de la cuisinière

Nous voilà aujourd’hui encore un peu plus tard, qu’en est-il alors ?

Tout d’abord, pour exorciser ce point là, et parce que sur le moment je dois avouer que c’était plutôt pesant, installer un insert et une cuisinière sont des travaux très pénible, parce que physique, mais aussi très salissant. Et comme ces travaux se situent, en général, dans le salon et la cuisine, les pièces principales de vie, cela devient vite très pénible cette saleté. Les travaux de pierre entraînent immanquablement beaucoup de poussière, et quand cela se passe dans les pièces de vie d’une maison habitée par une famille avec des jeunes enfants, cela devient très vite pénible. Car oui messieurs les ouvriers, quand votre journée se termine et que vous quittez les lieux, se repeuple alors le lieu de chantier par pleins de petits pieds nus et poumons juvéniles, non, je ne parle pas des miens :o)

Je ne m’étalerai pas sur ces 4-5 jours de travaux que nous avons subi ici lors de la dernière tranche. Je dis « subi » car nous avons vécu pendant ces jours dans un nuage de poussières fines qui n’a laissé aucune chance au moindre recoin d’échapper à son habile capacité à se faufiler n’importe où, c’est dire :o)

Le fait que ce coup-ci aucune protection, de type bâche tendue comme lors des premiers travaux pour séparer la zone des travaux du reste, n’ait été utilisé n’a pas aidé. La pluie et le froid n’ont pas aidé non plus en ce sens qu’il a été nécessaire de découper les pierres dans le salon, et non pas dehors. Ce sont des pierres qui sont découpées manuellement à la scie. Comme chacun peut s’en douter, quand on découpe une pierre, cela crée un nuage de poussières fines. Très fines. Un peu comme tout ce plâtre qui a été enlevé des murs.

Cela nous a donc valu beaucoup d’heures de ménage et de dépoussiérage, ainsi qu’un geste très compréhensif et commercial de CPR Cheminée qui avait bien compris nos doléances à ce sujet.

Quid, quid ? doléances ? vous avez dit doléances ? ben oui, restons gaulois.

D’un point de vue technique, nous en avons quelques unes en effet :

Concernant la cuisinière :

Pas grand chose à dire comme doléance, si ce n’est que Godin (Godin hein, pas CPR Cheminée) pourrait donner un manuel utilisateur un peu plus sympa qu’un petit fascicule monochrome très succin concernant l’utilisation de la cuisinière. Ce sera rustique jusqu’au bout :o)

C’est pas très grave, mais vu le prix de la bête, sans aller jusqu’au cahier de recettes, un petit livret avec des schémas, des conseils de base pour la cuisine au bois, bref un truc un peu moins rébarbatif que leur joyeuse notice actuelle aurait été plaisant. Parce que du coup, question conseils d’utilisation, notre seul recours à des conseils avisés aura été celui des installateurs, qui n’ont pas forcément le même matériel chez eux (surtout que nous avons droit au nouveau modèle de Chatelaine et a donc des fonctions en plus (entrée d’air secondaire, tirette de tirage en sont deux exemples)). Bon, des détails quoi.

Bien sûr, après l’installation, une autre visite de CPR aura été nécessaire pour régler certains détails, comme des portes qui fermaient mal (gonds mal réglés). La routine quoi. Je note que le cache qui permet de régler l’arrivée d’air secondaire, bien que resserré une première fois par CPR s’est déjà desserré et que cela coulisse un peu vite. Et quand c’est très chaud, car le foyer est juste derrière, c’est pas facile à régler sans gant. Bien sûr, je peux le resserrer à froid, mais comme j’ai pas besoin de régler l’arrivée d’air secondaire quand la cuisinière est éteinte, ce qui ne lui arrive que tôt le matin en ce moment, je n’y pense bien entendu jamais…

La cuisinière est très simple à allumer, sous réserve de bonnes conditions climatiques extérieures bien entendu (avec un tirage correct donc), et avec un allume feux bien sûr. Car avec le papier journal c’est toujours un peu galère et ça dégage pleins de métaux lourd. Comme allume-feux nous utilisons de la laine de bois trempée dans la cire, c’est relativement écolo (nécessite quand même d’être fabriqué et transporté), mais en terme de bilan, rien à voir avec un z@ip au pétrole. Un peu de petit bois, un allume feu, un petit morceau de bois un peu plus gros, on allume, on ouvre la porte du dessous (méga tirage), on ferme et on écoute, ça souffle, nickel, on revient 10 minutes après, oh les belles braises bien rouge, on met une bûche moyenne par dessus, on referme les deux portes, les tirages d’air sont bien ouvert (selon météo), on revient 20 minutes après, rebûche et ensuite on règle la cuisinière en fonction de son besoin (chauffage, cuisson douce, forte, au four fort, doux, …). Je rappelle que les bûche dont je parle sont des bûches de 50cm, pas des p’tits mickey de 30cm ^_^
Au début, c’est un peu déroutant, et ce pour une raison très simple, c’est qu’il faut arriver à conjuguer la gestion du feu en fonction de son besoin, les casseroles qui sont à divers endroit de la taque en fonte (la température n’est pas la même partout et on peut donc placer ses casseroles en fonction), la découpe et préparation des ingrédients (comme nous mangeons 90% végétal c’est toujours un peu de boulot :o) ) et encore quelques paramètres variables comme le volume de la radio, les trottinettes qui font la course et que bien sûr le circuit passe toujours 2 cm derrière vos talons, le chat qui veut sortir et votre estomac qui gargouille. Ce n’est donc pas pour rien que l’on parle d’un piano de cuisine ^_^

Bref, la cuisine familiale nécessite souvent plusieurs mains, mais rajouter la gestion du feu n’est pas anodin car non seulement la cuisine elle même a plusieurs variables (types de légumes, temps de cuisson, accord des épices, temps de préparation,…) mais le feu aussi (météo qui influe sur le tirage, diamètre des bûches, position fou ou taque, temps pour arriver à telle température). Et comme chacun sait, multiplier deux patates pleines de variables cela fait une purée de microgestion qui fait que cela en fait une cuisine très intéressante, une fois qu’on a le pli. Pour l’instant, on apprend encore :o)
Mais c’est de mieux en mieux. On utilise quasiment plus jamais notre ancienne plaque de gaz. La partie gaz propane de la chatelaine n’est pas encore en route because on a pas encore les branchements, because l’endroit de la maison où on va mettre ces bouteilles n’est pas encore dégagé, because il faut terrasser d’abord l’endroit. Ce qui aurait dû se faire début février but le monsieur il est pô venu. Pô encore… :o/
Moi en tout cas, la cuisine au bois j’aime beaucoup, même et surtout pour une cuisine de tous les jours (midi et soir vu qu’on est sur place).

Perso, je ne note pas de différence avec un plat cuisiné au gaz, en terme de goût je veux dire. Mais je suis une très mauvaise référence en la matière, bien que cela soit moi qui cuisine en général, car il paraîtrait que je suis un peu comme Obelix qui déguste des pâtés de « langues de rossignols importées du nord de la gaule, oeufs d’esturgeon venus du fin fond des pays barbares, gencive de cancrelas de Mongolie » et qui trouve cela simplement « Salé. » . Il faut dire que j’ai perdu 70% d’odorat depuis une opération de déviation de cloison nasale, odorat qui aurait dû revenir 6 mois après (tu parles! crétin de doc).

Parlons alors de la chaleur dégagée par la cuisinière. Car oui, c’est aussi pour cela que nous avons choisi ce mode de cuisine. Dès la phase 2 de l’allumage du feu décrit ci-dessus, la plaque en fonte chauffe et aussitôt se dégage une chaleur très agréable qui réchauffe immédiatement les alentours proches. Il faut patienter un peu pour que la plaque chauffe vraiment et alors là, c’est très efficace, on en vient d’ailleurs à se demander si on aurait pas dû mettre des cuisinières partout ;o) bon c’est juste de la fonte et de la tôle, il n’y a pas l’inertie de l’insert et il faut donc la rallumer tous les matins.

Question consommation, c’est très difficile d’être très précis pour l’instant, en ce sens que nous nourrissons aussi l’insert avec le même bois, des bûches de 50cm, majoritairement du chêne de 2-3 ans, un peu juste donc. Nous n’avons acheté « que » 25 stères cette année, et avec nos histoires de poêle, de pas d’isolation, d’insert et de cuisinière et de froid et de pas d’isolation et de froid et de pas d’isolation et de froid et de froid et de froid, je pense que nous avons consommé pas mal :o) sur les 25, il ne doit d’ailleurs en rester qu’une dizaine. Mais, avec un bois plus sec, une meilleure expérience, une maison isolée !, nous devrions pouvoir baisser cela. Pour l’instant, c’est en moyenne 2 brouettes par jour :o)
Oui, je sais, c’est une super unité de mesure…

Notre installateur devait passer pour tester l’humidité du bois, il n’est pas encore passé, il repassera par là sûrement un jour……. si quelqun connaît un bon modèle de testeur d’humidité du bois je suis preneur, merci… ^_^

Question conception, à part cette vis de réglage d’air secondaire qui se desserre un peu je signalerai encore ceci. Pourquoi donc la grille de décendrage qui set aussi à l’aération dans le foyer ne va t-elle pas jusqu’au fond ?
Un schéma valant tous les discours, en voilà donc un :

chatelaine
Oui, je sais, il ne vaut pas forcément tous les discours :o)

Bref, toujours est-il que le fait que la grille n’aille pas jusqu’au fond entraine une combustion moindre dans le fond par rapport aux zones ventilées de l’avant et souvent dans le fond, il reste du bois (ou de gros charbons) et il faut aller trifouiller avec une tige pour répartir le tout sur l’ensemble de la grille pour :
– améliorer la combustion générale du foyer
– pouvoir rajouter de nouvelles bûches de 50 qui ne rentrent plus à cause de tous ces charbons dans le fond

J’ai donc posé la question à CPR Cheminées. On m’a expliqué que les châtelaines existent aussi en bois/charbon et que dans ce modèle, le foyer est séparé en deux à cet endroit là et que dans le fond on met le charbon. La notre étant juste bois, la séparation a été enlevé. Peut-être manque t-il des éléments à cette réponse, mais en tout cas, la version bois en pâti je trouve…

La plaque se nettoie très facilement, pour l’instant au savon noir. Je ne l’ai fais qu’une fois pour l’instant parce que :
– cuisinerais je proprement ?
– je n’y pense jamais le matin quand la plaque est encore froide
– j’y pense quand elle est chaude

Voilà voilà, comme d’hab j’ai su faire court, mais pour parler d’une aussi belle bête il fallait bien cela.

Si je veux que cet article soit encore lu, il va falloir que je le publie maintenant, je sais que sinon la plupart ne le liront pas jusqu’au bout :o) Je parlerai donc de l’insert et de la hotte plus tard, dans d’autres articles.

Donc, en guise de conclusion, avec simplement quelques courtes semaines d’utilisation de la Godin Châtelaine bois on est plutôt satisfaits de celle-ci. N’ayant pas testé toutes les autres marques, je ne saurai dire si elle est mieux ou moins bien, ce n’est pas le but, mais pour ceux qui se demandent à quoi peut ressembler son utilisation, j’espère que ce petit article vous aidera à y voir un tout piti peu plus clair :o)

Et si vous avez des questions sur des points que je n’ai pas soulevé posez les moi, c’est avec plaisir que je complèterai cet article !

Suivra prochainement une synthèse sur l’utilisation de notre insert Godin 851HR…

67 réponses sur “Premiers tests de la cuisinière bois Châtelaine de Godin”

  1. Question de curieuse: y a-t-il un four dans ce superbe engin ?
    Car si cuisiner au feu de bois, c’est un peu différent, faire des gateaux dans une cuisinière à bois, c’est un long long apprentissage, vaut mieux un plan pour écouler les ratés ….
    J’en ai fait plus d’un brulé dehors et cru à l’intérieur ….

    1. Hello,
      Mieux que cela… Il y en a trois :o)
      Des photos de ceux-ci se trouve sur cet article Holà la Chatelaine !
      Le four à bois. Accolé contre le foyer, il chauffe déjà naturellement. En changeant la position d’une manette sur four, la chaleur au lieu de s’évacuer directement par le haut est déviée tout autour du four et s’évacue par le dessous de celui-ci, et donc, il chauffe beaucoup plus. Comme pour la cuisine sur la plaque de fonte, il faut effectivement veiller à la régularité de la température. Ce qui nécessite une certaine expérience en effet. Quelques gâteaux en ont déjà pâti. Mais ce n’est pas si difficile de s’en servir une fois qu’on a saisi le truc. Et le truc avec la cuisine au bois, c’est qu’il faut être vigilant sur le feu, veiller à la température qu’il dégage, prévenir les hausses comme les baisses.

      Un four électrique à catalyse. On avait le choix avec une version à pyrolyse, mais on a opté pour l’autre car :
      – pas de vitre possible en four pyrolyse sur ce modèle
      – beaucoup plus cher
      – On cuisine très peu de graisses animales qui encrassent les fours

      Et un four vertical électrique lui aussi qui se situe en dessous du super brûleur gaz. C’est un vrai four, mais en plus petit et vertical (permet de faire cuire plusieurs tartes / plats l’un au dessus de l’autre. De plus, plus petit, il s’adapte bien à la cuisine du quotidien. En dessous de ce four vertical se trouve un chauffe assiette.

      Voilà, que de fours donc :o) Mais il fallait bien un électrique en plus du bois, pour les plats estivaux, et nous avions besoin d’un super brûleur, et comme le four était livré en dessous :o) …

      1. bonjour,
        quelques années plus tard ……. êtes vous toujours satisfait de votre cuisinière godin ? Nous envisageons d’installer une cuisinière à bois avec bouilleur (pour alimenter 5 radiateurs) et hésitons entre godin – deville ou franco belge.

        1. hello,
          désolé, je ne suis plus trop, hélas, sur le blog en ce moment, trop de travail à côté…
          Oui, on est tjs satisfait de notre cuisinière, elle est toujours aussi performante côté cuisson et chauffage (nous n’avons pas un modèle avec bouilleur). Elle ne sert plus depuis qques jours, depuis qu’il fait beau et chaud (quasiment 19° avant-hier, au soleil). Mais comme il s’annonce un refroidissement, j’ai l’impression que nous allons de nouveau bientôt manger du pain cuit au bois :o)
          Je rajouterai cependant un point concernant le nettoyage de la cuisinière, côté gaz. Tout est noir, donc se salit assez rapidement, il faut (et c’est pas plus mal) nettoyer régulièrement la plaque de cuisson. Et comme les supports de casserole (la ferraille sur laquelle on pose les casseroles, au dessus des bruleurs à gaz) sont en fonte, ils sont un peu lourd à manipuler. Il y a par ailleurs dans les coins certains endroits pas facile à nettoyer, vu qu’il y a des sortes de rainures sur le périmètre du carré de cuisson (l’ensemble des quatre brûleurs) où va se terrer de la nourriture tombée lors des cuissons. Bon, c’est un petit détail car avec un nettoyage régulier ça reste propre, mais on voit bien une fois de plus que les « ingénieurs » qui ont dessiné cela devraient cuisiner un peu plus avec leur création chez eux, et les nettoyer pendant plusieurs mois afin de se rendre compte de ce qu’ils pourraient améliorer.

          C’est un point auquel il faut penser lors de l’achat, et même si nous ne sommes pas trop déçu sur ce point là, c’est pure chance car nous n’en avions pas tenu compte : la facilité de nettoyage de la cuisinière. C’est en effet quelque chose que nous faisons tous souvent, c’est donc un point finalement plus important que d’autres, au quotidien.

          Antoine
          ps : et puis si on hésite entre plusieurs modèles équivalent, cela peut faire la différence, et des heureux/ses

        2. Bonjour Antoine, bonjour Jeny,
          ma chatelaine bois bouilleur Godin vient donc d’etre installée et je ne peux que confirmer les excellentes remarques d’Antoine. C’est un bel outil sans doute pas aussi bien fini que certains appareils tels que Lohberger (allemand) ou Esse (anglais) mais de style tres classique. Mon chauffagiste entretien exactement le meme modele chez un de ses clients depuis 17 ans, Voila un gage de qualité. L’eternel reproche que l’on puisse faire a Godin: un mode d’emploi trop succint surtout a une epoque ou peu de gens ont l’experience du fourneau a bois. Comme indiqué dans un précédent message, ce fourneau bouilleur vient en releve de mon chauffage central fuel. Actuellement je la teste chaudière fuel eteinte (temp extérieure 10°) avec 5 radiateurs de 3kw fonte et les resultats sont satisfaisants. Le four necessite un solide apprentissage et je n’ai pas reussi a le maintenir a 210° plus de 5 minutes ce qui rend madame la chatelaine tres vorace en bois. Première tarte cuite au four tres satisfaisante mais il faut effectivement penser à la faire tourner de 180 ° a mi cuisson sinon elle ne sera cuite qu’a moitié. J’ai egalement un probleme de bistrage précoce mais peut etre du à l’utilisation de la vanne 3 voies, sachant que j’ai pourtant un excellent tirage (cheminée ancienne de 13m de haut qui vient d’etre tubée). Voila les premières impressions
          A l’attention de Jeny, je ne suis pas sur que la Staub Franco Belge soit suffisement puissante pour 5 radiateurs (de quelle puissance?)
          Merci encore de vos conseils a tous, ils me sont vraiment tres utiles

  2. Bravo pour le reportage photos et l’article « Premiers tests ».
    N’avez-vous donc jamais eu un reste de braise au petit matin pour être de la rallumer?
    Les manettes de réglage sont étonnantes comparées à celles de la cuisinière que j’ai actuellement, une Energie 79. Mais quel-est donc le prix de la bête, la Châtelaine bois?

    1. Hello,
      Merci pour tes encouragements Cris. C’est rare que l’on ait encore des braises le lendemain matin. Ce matin par exemple, il en restait un peu, pourtant, il y avait beaucoup de vent dehors, en général, cela augmente le tirage, et du coup il ne reste rien.
      Cela dit, il en reste par contre en général dans l’insert, du coup avec une petite pelle à poussière en métal, j’en prends et les déverse dans le foyer de la cuisinière, un peu de petit bois par dessus, un ou deux morceaux plus gros qui feront des braises, j’ouvre un peu la porte du dessous, toutes les arrivées d’air, et une ou deux minutes après, le feu crépite.
      Sinon, avec les allume-feux que nous utilisons (laine de bois trempée dans de la paraffine), la cuisinière s’allume très facilement (l’insert aussi cela dit).
      Pour le prix, inutile de dire que ce type de cuisinière est plutôt chère. Le prix de la Châtelaine bois spécifiquement ne signifie pas grand chose au milieu de toutes les options possibles lors de l’achat, plus les frais d’installation. Elle est éligible Flamme Verte cependant, cela a donc naturellement gonflé encore le prix global de l’installation :wink:

  3. Bonjour,

    Enfin, je trouve un rendu intéressant de la châtelaine, merci beaucoup.
    Nous avons également acquis ce modèle et il est en fonction depuis mi févier. Nous n’utilisons plus du tout notre four électrique et 75% de la cuisine se fait sur la châtelaine. Laissé mijoter un poulet basquaise ou un petit salé aux lentilles depuis le matin jusqu’au soir n’a plus grand chose à voir avec la cuisine au gaz. Aussi, nous avons adapté nos ustensiles de cuisine (faitout, marmite fonte, etc…) faut dire que nous sommes 7 à la maison. la différence la plus notable est qu’au gaz la chaleur est trop « locale » et qu’avec un large faitout dont le fond est doublé d’une semelle en alu et qui repose sur toute la surface de la cuisinière, la chaleur est constante et uniforme. Ca mijote des heures sans jamais bruler.

    Nous chauffons la maison entièrement mais on est loin de l’effet PDM et l’inertie calorifique n’est pas comparable. De fait, très tôt dans la nuit la braise disparait et il faut rallumer le matin car il ne reste rien.

    Notre consommation de bois est assez importante et je me demande si la grille qui couvre 2/3 du fond comme tu l’as bien précisé, n’a pas des ouverture trop large et s’il n’existe pas des grilles avec des trous plus étroit. Et tout comme toi, la notice nous donne une nomenclature détaillé vis par vis mais bien peu de chose sur le mode d’emplois.

    1. Salut Joffrey,
      Merci pour ton intéressant commentaire ! Tu as raison, l’uniformité de la chaleur sur le fond de la casserole est un plus indéniable, surtout pour les crêpes :o)
      Antoine

  4. Je vous félicite pour votre topo sur vos nouveaux équipements énergétiques à bois.Déja utilisateur très satisfait d’un insert à eau (en relève de chaudière à gaz) je déménage dans du 58 dans le 18 et dois à contrecoeur laisser sur place cet équipement merveilleux difficilement démontable et déplaçable.
    Je suis moi même sur le point de craquer sur le même équipement avec la même couleur : la cuisinière à bois Chatelaine AVEC bouilleur (modèle bois 5165) couplée à une chaudière à gaz existante pour diminuer mes factures de gaz et être plus écolo.
    Vos commentaires me confortent dans mon choix bien qu’ à priori vous ayez un modèle sans bouilleur.
    Connaissez vous quelqu’un équipé de ce modèle qui non seulement chauffe, mijote les petits plats mais également réchauffe l’eau des radiateurs.
    A vous lire et un grand bravo
    Thibault

    1. Hello,
      merci pour vos commentaires.
      Non, nous ne connaissons personne encore qui utilise un tel système, avec bouilleur. Sur certains forums, j’avais lu que cela empêchait les fours d’atteindre certaines températures, mais rien de vérifié vraiment. De plus, cuire trop chaud et trop vif est mauvais pour la santé, il vaut mieux privilégier les cuissons douces… ^_^
      Un forum plutôt complet sur le sujet, et sur beaucoup d’autres : http://forums.futura-sciences.com/habitat-bioclimatique-isolation-chauffage/ (utilisez le moteur de recherche avant de poser vos question, car ce forum est très actif, et il contient déjà des centaines de sujets…).
      Nous avons rencontré quelqun qui avait un modèle similaire mais avec toutes les décos dorées partout (comme celle sur le catalogue godin). Il s’avère qu’à l’usage, à moins de lustrer très régulièrement toutes ces dorures, elles ne brillent pas bien longtemps :o)
      A bientôt,
      Antoine

    2. Bonjour,

      Je fais mon premier hiver avec une 5165. Si votre recherche est toujours d’actualité vous pouvez me questionner sur cette chaudière dont je suis satisfait. Nous l’utilisons sans couplage, en remplacement d’une Energie 79 à bois qui était plus puissante au bouilleur ( 20kw contre 14 pour la Godin) mais plus faible en puissance rayonnée ( 4kw contre 8 pour la Godin). Cette puissance rayonnée de la Godin est un plus.
      Bien à vous.
      Cris

    3. bonjour je possède ce modèle idéale pour chauffer 400litres ballon tampon et quelque radiateur plus mur chauffant pour cuisiner il faut juste mettre plus tôt ses plat à mijoter dessus si c’est pas prêt finir au gaz ou sinon pour faire du riz ….je met de l’eau chaude du ballon ….ça chauffe plus vite
      j’ai tout de même un problème gros bistrage normale la première année ma dit l’installateur et un tirage médiocre vu que les fumées doivent redescendre dans la cuisinière pour sortir derrière
      a chaque ouverture de porte un peu de fumée sort alors qu’avec le poel qui était avant à sa place je pouvais le laisser porte ouvert longtemps pour griller des tartines…..aucune fumée n’en sortait
      donc je pense faire mettre l’évacuation des fumées sur le dessus car par là la fumée n’ai pas contrainte à descendre derrière le four

  5. Bonjour
    Je viens de parcourir votre commentaire sur votre cuisiniere (qui est trés jolie le prix aussi je suppose)a l heure actuelle en etres vous encore satisfaite? pourquoi cette question: car a la lecture de differents forum la marque godin laisserait a désirere sur la qualité de son materiel.Je compte m equiper l année prochaine donc bientot d une cuisiniere bois et je cherche donc toutes les infos possible afin de ne pas le regretter plustard. Je suis dans le Ht Jura
    Bonne fetes de fin d année
    Ph LUTIC

    1. Hello,

      Oui oui, on est toujours satisfait de notre cuisinière. Plus que cela même car elle nous chauffe aussi toujours aussi agréablement, et rapidement.
      Je réitèrerais encore mon commentaire sur la profondeur de la grille d’évacuation des cendres qui oblige toujours à aller remuer avec un tison dans le fond pour ramener le charbon ou le bois du fond qui ne s’est pas consumé entièrement. Mais c’est un défaut supportable.
      Le fait de pouvoir y mettre des buches de 50cm et de plus de 20cm de diamètre offre plusieurs avantages indéniables plutôt que des buchettes de 30cm. C’est vraiment un point très important lors du choix d’une cuisinière je trouve. Surtout qu’il est possible d’y mettre des plus petites buches, alors que l’inverse est impossible avec une cuisinière avec un foyer court.
      Nous n’avons pas vu encore de défaut avec le matériel. C’est plutôt simple et rustique, donc je ne vois pas trop ce qui pourrait lacher, mais bon, ça dépend de la série sur laquelle on tombe peut-être. Ne pas oublier non plus que souvent sur les forums de manière générale on retrouve souvent les gens qui ont des soucis, pas forcément tous les autres. Pour x modèles vendus, quel est le pourcentage de déçus ?
      sans compter que du sav de votre installateur dépendra aussi votre opinion de la cuisinière si elle rencontre un soucis.
      En ce qui nous concerne, tout va bien, au bout d’une année d’utilisation en tout cas.
      Antoine
      ps : Godin existe depuis un paquet d’année, je ne vois pas comment cette marque aurait pu tant perdurer avec du matériel de mauvaise qualité. Il y a dû avoir des déçus c’est sûr, mais c’est comme pour toutes les marques je pense, c’est aussi un peu une question de chance.

  6. bonjour, je vois que vous savez bien vous servir de la chatelaine bois, j’en ai une depuis 3 ans et je viens de decouvrir grace à un copain, qu’il y a une petite tirette en haut à gauche de la porte ou l’on met le bois, a quoi sert elle?
    merci
    boris

  7. bonjour,

    c’est une tirette qui fait varier l’allure du feu. Allure normal : tirée / Allure ralenti : poussée.

    Perso j’ai laissé en poussée historie de voir si ça fait moins consommer de bois….pas concluant pour l’instant….

  8. Bonjour les voisins de l’autre coté de Dun !

    C’est en cherchant des infos sur l’utilisation charbon de la Châtelaine que je suis tombé sur votre blog. Nous sommes à St Racho et restaurons une ancienne ferme avec le projet d’y vivre (un jour) à demeure.

    C’est notre 3ème hiver avec la Châtelaine et nous en sommes très contents. Elle nous permet de chauffer la quasi totalité de la maison assez rapidement pour que nous puissions y aller en week-end en hiver. Un détail néanmoins, nous éprouvons des difficultés à la faire fonctionner au ralenti et elle ne tient pas la nuit, d’où ma recherche sur le fonctionnement charbon qui nous permettrait peut-être de palier à cet inconvénient.

    Au plaisir de vous rencontrer un de ces jours !

    Luc

  9. Bonjour,
    Je viens de lire votre article sur la cuisinière de Godin, vraiment très intéressant.
    Je voudrais juste une info, votre cuisinière ne fait que le bois ?
    J’ai eu une cuisinière à bois que je regrette bien depuis mon déménagement ! L’avantage, c’est que le soir, avant d’aller dormir, je mettais des briquettes de charbon. Le matin, je n’avais plus qu’à rajouter du bois et hop, ça repart. Donc, pas d’obligation de rallumer le feu tous les jours, ce qui doit être un peu contraignant, non ?
    Bon courage pour vos travaux, et belle année pour votre petite famille.
    Bosha

    1. Hello,

      Désolé du délais de mise en ligne du commentaire et pour la réponse, mais en ce moment, je suis partout et nulle part, et le tout un peu partout, et du coup, je dois être un peu perdu ^_^

      Oui, notre cuisinière ne fait que bois.

      Oui aussi, rallumer les feux peut être assez contraignant parfois. Je consacre en gros pas loin de 2h de la journée à chauffer une maison non isolée, une maison avec des murs en pierres à nu. C’est même désespérant. Mais il faut bien tenter d’avoir un peu chaud quand même. Mais 2h, c’est long. Cela comprend l’allumage, les allers-retour pour chercher/ranger/charger/ranger du bois, , le chargement de la cuisinière ou de l’insert et la remise en état du chemin après tout ce remue ménage salissant, remise en état très sommaire je l’avoue, hum. Du matin, jusqu’au soir, qui est souvent le matin suivant chez moi :o)

      Pour nous rassurer, nous attendons avec impatience le moment de nous brancher sur la chaudière à granulé que nous allons mettre pour les chambres d’hôtes, ainsi, cette gestion des feux deviendra nettement moins contraignante, voire presque plus du tout. Ce n’est donc qu’un moment à passer.

      Nous ne cherchons pas cela dit à maintenir la cuisinière allumée la nuit. Il reste souvent des braises de la veille et elle est super simple à allumer. Il suffit juste d’avoir du bois sec, et s’il n’y a plus de braises, on prend soit des braises de l’insert ou un allume feu (on en a en laine de bois). Elle s’allume très simplement et peut chauffer très vite. Voilà donc oui, le chauffage au bois a ses contraintes, celle de l’allumage quotidien pourrait en être un mais vu la facilité d’allumage, ça va encore.

      Comme dit, le chauffage au sol via la chaudière à granulé offrira tout de même des réveils un peu plus cool que l’allumage direct du ou des feux ^_^

      Cela dit encore, cuisiner sur cette cuisinière est tellement plaisant, que l’on en oublie presque la journée qu’on a passée à la nourrir :o)

      Merci pour vos encouragements et à bientôt,

      Antoine

  10. Au départ ce type de cuisiniere permettait d’utiliser le charbon, mais c’est interdit maintenant.
    Pour la tenue du feu, il est vrai qu’elle ne tient pas la nuit non plus, ici.
    En fait, pour tirer meilleure partie du bois, il faut allumer en « top down », laisser une aeration assez vive et bien chauffer la cuisiniere. Et l’idéal etant de recommencer l’opération à chaque fois pour obtenir un rapport bois/chaleur assez élevé.
    Entretenir un foyer au minimum ne chauffe pas grand chose et consomme du bois (en plus, ça encrasse plus vite le conduit).
    Depuis quelques semaine, j’ai quasiment supprimé l’ouverture (4 trous) en haut de la porte du foyer). Trop d’air passait par là et tout l’air chaud du foyer s’évacuait trop rapidement dans le conduit. En réduisant cette arrivée d’air, la cuisiniere monte plus en température et rayonne plus longtemps.

    Pour l’alimentation de la cuisiniere, j’ai un petit range buche a deux compartiments. je rempli l’un pendant que j’utilise l’autre. Ainsi, quand je passe au second, le bois a eu le temps de remonter en temperature ambiante.
    A vous lire,

  11. Je suis utilisateur d’un cuisinière Godin à bouilleur depuis … 30 ans !! Je n’ai qu’à m’en féliciter, car nous habitons Calais (tout là haut dans le Nord, près de l’Angleterre) et je consomme en chauffage en moyenne 5 stères de bois mélangé en 33 cms, et un peu de charbon, car pour le charbon, il faut qu’il gèle dur, sinon il fait trop chaud: 25 à 27 °c en moyenne, même en chauffant le ballon d’eau chaude qui est mixte. j’en ait fait moi-même l’installation en tubes d’acier 26/34 et 37/42 ( à la main) pour les radiateurs, idem pour la cheminée (3 mètres de hauteur hors toiture) et pour la partie fumisterie. Ca marche … du feu de Dieu !! C’est du bon matos, mais pas à mettre dans toutes les mains: pensez au ramonage, surtout !! Se chauffer au bois est tout un art assez physique.

    1. Hello,

      5 stères en tout ??? vous vivez dans 25 mètres cubes ou juste en hors gel ? ^_^

      Bon, en tout cas, on a encore un sacré boulot d’isolation avant d’en arriver à ce chiffre…

      Pour le côté physique, c’est bien vrai, et salissant aussi…

      Merci pour l’info en tout cas.

      Antoine

  12. habitant dans les Hautes alpes, j’ai une chateleine bois charbon buche de 33, il arrive de trouver le matin les braises qui permettent le demarrage de cette cuisiniere . Je melange avec des boulets de charbon mais attention au dosage sinon manque d’air pour la combustion .Le remede pour la faire monter dans les tours : bien gratter au niveau de la grille pour laisser l’oxygene passer – remuer la grille pour que les cendres tombent – et quelque morceaux de palettes pour booster . Ensuite elle avale les quiches, tartes et autres pommes chaudes .En surface une cocotte y trouvera toujours sa place (blanquette de veau, pot au feu ,ragouts etc ….) a bientot pour de nouvelles aventures

    1. Oui…. j’aime l’hiver, entre autre, pour cette cuisinière. Elle a d’ailleurs une capacité de chauffe incroyable, en ce sens qu’elle réchauffe une pièce, voire la maison très rapidement. Plus rapidement en tout cas que notre insert qui a une inertie beaucoup plus grande. Rien à voir, à part peut-être avec « avaler », mais je pense d’ailleurs à rajouter au moins une bouche de sortie supplémentaire pour l’insert, j’ai l’impression que beaucoup de chaleur se perd dans le conduit par faute de « place » pour sortir.
      J’en discutais encore pas plus tard qu’hier soir à un diner avec des amis que le fait d’avoir une plaque de cuisson entièrement chaude est vraiment un bienfait extraordinaire pour la cuisine. On peut jongler avec ses casseroles entre les différentes gammes de chaleur diffusées inégalement par la fonte.Plus chaud au dessus du foyer et de moins en moins chaud ensuite, selon la position de la manette qui contrôle le four : en position plaque, les fumées de combustion, et donc aussi de la chaleur, sort directement au dessus du four, la plaque de cuisson chauffe moins sur le bord opposé au foyer et en position four, la sortie de fumée se ferme au dessus du four et une autre se réouvre en dessous, ainsi, les fumées font tout le tour du four par au dessus avant de sortir par en bas et chauffent aussi plus uniformément la plaque de cuisson, et le four évidement.
      Une bien longue phrase pour dire en tout cas qu’il n’y a pas qu’elle qu’il avale tout ;o)
      A bientôt,
      Antoine

  13. Bonjour,

    Nous envisageons de nous équiper d’une cuisinière à bois dans l’avenir, nous profiterons d’un changement d’emplacement de la cuisine dans la maison pour la faire installer.

    Nous nous demandions s’il était possible de faire de la cuisson basse température avec une cuisinière à bois, du genre 85°C ?

    Nous nous demandions aussi comment cela se passer en été, la maison n’est pas étouffante quand la cuisinière est allumée ?

    A bientot !

    1. Hello,

      En été, on cuisine avec la partie bruleurs à gaz (propane), sinon, en effet, on serait déjà tous morts cuits ^_^ (voir photos ici http://www.lebief.fr/2009/02/04/hola-la-chatelaine/)
      et puis aussi, en été, le tirage ne doit pas être extraordinaire, celui-ci dépendant de la température du conduit, et donc de la température extérieure.
      Pour la basse température, éventuellement, faire un feu pas trop fort, laisser le clapet ouvert pour que les fumées ne fassent pas le tour du four mais partent de suite par le dessus, et mettre le plat en bas à droite dans le four, le plus loin du feu. Voilà, ensuite, quelle sera la température à cet endroit là, je ne sais pas, mais ça devrait pas bien voler haut.
      Antoine

      1. à 85°C ça le fait bien quand c’est moi qui fais le feu: on met trois ou quatre bûches, on démarre le feu, on oublie de continuer à alimenter, et on a un four juste bien pour les cuissons douces, en pensant quand même à remettre une ou deux bûches au bout d’un moment! Et la plaque dessus est elle aussi à feu doux… voire très très doux…

      2. Bonjour a tous,

        Que d interessants commentaires!!!!
        Nous habitons dans le nord de l Espagne ou les hivers sont frais.
        Habitant en pleine campagne nous avons pense a une cuisiniere a bois avec bouilleur pour le chauffage. Finalement, nous avons choisi une cuisiniere Hergom (marque espagnole). C est notre premier hiver et tous vos commentaires nous sont bien utiles. Quelques doutes persistent : nous sommes tres content au point de vu chauffage, nous arrivons a une temperature tres agreable dans toute la maison grace au termostat, cependant la temperature du four nous semble faible… 130 degres. Pour pouvoir cuisiner au four quelle temperature utilisez vous? Nous avons aussi quelques difficultes a gerer le tirage primaire et secondaire. On allume le feu tous grand ouvert mais ensuite on ne sait pas trop quand faut il fermer peu a peu les tirages et dans quel ordre.
        Salutations a tous et nous vous souhaitons un bon hiver bien chaud…

        1. Hello,

          Les hivers sont frais… genre 9-10° ? ^_^ Ou bien vous êtes sur les hauteurs ?
          Bon, en tout cas, je me souviens avoir lu sur un forum que les cuisinières avec bouilleurs ne permettaient pas facilement d’avoir un four très chaud car un paquet de calories étaient absorbées par le chauffage de l’eau justement.
          Cela dit, 130°, même si cela suffit pour bien des plats, parfois ça fait quand même un peu juste. Souvent même ;o)
          Sur la godin, il y a une manette en métal que l’on peut basculer gauche/droite pour ouvrir ou fermer une trappe au dessus du four, à l’intérieur de la cuisinière, en dessous de la plaque de cuisson en fonte. Cette trappe ouverte permet aux fumées de s’échapper par le conduit au dessus du four, et si elle est fermée, les fumées font le tour du four et le chauffent. Pour contrôler la température du four, je ferme donc cette trappe et utilise ensuite l’arrivée d’air secondaire :
          Nous faisons le feu avec les tirages ouvert au tout début de la mise à feu. J’ai aujourd’hui changé de technique d’allumage (pour l’insert aussi) et utilise plutôt un allumage de feu dit « Top Down » (je te laisse googleliser ça mais voilà déjà un lien http://www.energie-bois.ch/le-bois-energie/technique-de-chauffage/allumage-le-bon-depart.html (la vidéo est drôle (même si c’est pas fait exprès) et bien trop scientifique (c’est suisse, c’est beau, c’est propre, mais en tout cas c’est vrai) mais il faut juste écouter le principe) , le principe est de mettre le gros bois en dessous, le moyen au dessus du gros, et le petit par dessus tout le monde, on allume le petit bois par le haut, avec un allume feu ou ce qu’on veut. Le principe est assez simple, le feu s’allume du haut vers le bas, super efficace surtout, et bien plus propre pour nos conduits, les nôtres et ceux de la cuisinière (car les fumées des bois qui brûlent en dessous sont brûlées par les flammes quand elles les traversent)).
          Ensuite, la Godin ayant un bon tirage, chez nous en tout cas, je ferme rapidement l’entrée d’air primaire, et utilise la secondaire pour contrôler la température de la plaque ou du four. Le contrôle se fait toujours en amont (sur la rivière du temps… oh! comme c’est beau!) de la température désirée, puisque le feu ne va pas se réduire ou se réallumer à la même vitesse qu’une plaque à induction ou une flamme de gaz.
          Revenant tout juste de congés, l’hiver n’est pas vraiment bien chaud par ici, surtout qu’on a un chantier fenêtres important en cours, mais on y croit, on y croit… et je mets des bûches ^_^
          Désolé du délai de réponse, je bosse beaucoup sur pleins de trucs ces dernières mois et le blog en est une des victimes… :o/
          Antoine

          1. Hola
            Merci beaucoup Antoine, des informations bien utiles. Nous habitons en Galice au nord ouest de l Espagne. En jouant avec la manette de l air secondaire, nous avons reussi a monter la temperture du four a 180 degres. Ce n est pas tres tres chaud mais avec un peu de temps (toute la nuit) nous arrivons quand meme a cuisiner (poulet avec legumes, cake, croissants…). Je m « entraine » a allumer le feu avec la methode que tu m indiques mais j ai des difficultes pour que le feu prenne, je dois quand meme mettre quelques petites buches sur le dessus pour que les flammes les traversent et que le feu se developpe.
            Merci encore et bonne annee 2012

            1. Salut Stéphane,
              Du bois bien sec ! ça change tout. Une différence de quelques dizaines de % d’humidité et ce sont des combustions beaucoup moins vives, moins faciles à contrôler (et bien des fumées et dégagements CO2 en plus). Les 2 premières années après nous être équipé en bois, nous avons acheté intentionnellement (et aussi histoire d’être sûr de passer le 1er hiver ;o) ) plus de bois que nous n’en avions besoin, ainsi, nous avons créé une réserve d’environs une saison de chauffe. Maintenant, chaque année, nous commandons la quantité de bois qu’il nous faut, et nous utilisons en premier le bois de cette réserve, vieux d’une année supplémentaire par rapport à ceux habituellement vendus (vieux de 2-3 ans en moyenne). Une année de séchage en plus cela compte ! Et le bois commandé sèche pour l’année suivante.
              Bon, 180° c’est déjà pas mal. Ça fait déjà des bons légumes, pains, clafoutis, tartes et gâteaux,…
              Antoine

  14. Merci pour vos excellents articles (écrits en bon français sans fautes ce qui devient de plus en plus rare sur le woueb…) J’en ai appris plus ici que sur les sites de Godin à qui je viens de commander une Chatelaine – bouilleur bois (ref 5165). Souhaitant l’installer en releve de ma chaudière fuel, j’ai du interroger tous les plombiers chauffagistes de ma région avant de prendre moi meme le probleme en main car aucun de ces chers artisans n’a osé accepter l’installation sinon un charlatant vite demasqué a son devis. J’ai donc fait le schéma, mon plombier le réalisera.
    Mes questions s’adressent donc a ceux qui qui un systeme à bouilleur: quels sont les pièges de ce genre d’installation ? et pour Antoine: etes vous toujours aussi satisfait de votre bel objet? D’aucun se plaignent de la fragilité des charnieres de Chatelaine qui seraient tres longues a faire remplacer ?
    Pour ceux qui renonceraient devant l’inexistance totale de Godin tant pour obtenir des renseignements que pour leur service apres vente, j’avoue avoir failli renoncer à mon chauvinisme pour les superbes et excellentes cuisinières Esse (anglais, leur seul defaut: un bouilleur moins puissant) et Lohberger (allemand, defaut: four trop petit et dessin trop « années 60 ») dont les importateurs sont extremement compétents et actifs au contraire de Godin.
    J’espere que ce blog va continuer a vivre, je vous ferais part de mes infos dès que moa cuisiniere fonctionnera. Antoine, il va vous falloir ouvrir une rubrique spéciale « cuisiner sur Chatelaine bois »…!!!
    merci encore

    1. Salut Saint-Savin,
      Bonne année à vousi (et aux autres ;o) ), et désolé des délais de réponse, les emplois du temps sont étrangement chargés et les heures manquantes… Mais la fatigue, elle, ne manque pas trop de se rappeler à nous ^_^
      Merci aussi pour vos encouragements, je ne me lasse pas de lire le début de votre commentaire, surtout les 6 premiers mots après la 1ère parenthèse ^_^
      Après je reviens à la réalité et relis quelques uns de mes articles pour m’en convaincre…. :o)
      Je n’ai pas l’option bouilleur, mais j’avais lu des choses dessus, et Je ne sais pas si vous connaissez ce forum, mais si l’on y fait abstraction de certaines mathématiques souterraines, on y apprend plein de choses. Plein ? Trop ? En tout cas, cela vaut le coup d’oeil https://www.google.com/search?hl=fr&client=firefox-a&hs=DIY&rls=org.mozilla:fr:official&q=+site:forums.futura-sciences.com+futura+science+bouilleur&sa=X&ei=YUYCT9KUBIeohAfE_53IAQ&ved=0CCYQrQIwAA&biw=1680&bih=902

      Pour l’instant, nous n’avons à nous plaindre d’aucune charnière. Ni d’aucun soucis de SAV (à part quelques réglages au départ, mais l’installateur avait fait son boulot en revenant revoir tout ça). Et pourtant, ce n’est pas faute de manipuler la bête comme un troll des cavernes (certaines bûches rentrent mieux à coup de porte ;o) ).

      Oui, nous en sommes tjs content. Elle tourne en ce moment une bonne partie de la journée (au ralenti entre les coups de feu, c’est à dire qu’après la cuisine du midi, je ferme toutes les arrivées d’air, et en milieu d’après midi, je remets une petite charge, pour enfin relancer la bête vers les 18h-19h pour le service du soir, et ensuite, je ferme le tout pour la nuit. Le matin, cela dépend, des fois il reste des braises, des fois non)…..

      Bonne fin d’année, et à bientôt ;o)

      Antoine

  15. Bonne année a vous tous ! Antoine, je n’en rajouterai pas une couche mais je confirme mon précédent message..!
    Angelo, je ne peux vous répondre car ma Chatelaine n’est pas encore installée, les chauffagistes étant extremement occupés en hiver mais j’espère pouvoir vous répondre avant l’été prochain. Il existe une documentation livrée avac l’appareil mais je pense qu’Antoine a donné ici des infos plus complétes que Godin ne sait le faire.
    Antoine, merci pour le lien avec Futura Sciences, j’y ai trouvé entre autres, le lien avec: http://bouilleur.fr/ qui propose un système assez astucieux de bouilleur pouvant etre installé avec n’importe quelle cuisinière à bois ou insert et un chauffage central, cela dit, je ne connais personne l’utilisant.
    Dès que mon jouet fonctionne, je vous fais part de mon expérience…
    A bientot

  16. Bonjour,l’entretien de la plaque du dessus (chatelaine) se fait de quelle façon pour un résultat nikel.Merci de me donner la bonne solution.
    Le savon noir? la laine de fer? le papier aimerie?
    Existe t’il des dessus en aimaille pour l’insttaller quand le froid est parti.

  17. Bonjour tous…
    comme beaucoup je ne cesse de maudire l’infame Godin qui n’a jamais voulu écrire un mode d’emploi décent pour dame Chatelaine. Si tous les modeles se ressemblent, il existe cependant quelques differences: sur la mienne fraichement arrivée, je n’ai qu’une tirette sur la porte du haut (air secondaire), un reglage en facade gradué de 1 à 6 réglant (?) l’aquastat (l’eau chaude du chauffage central) et la manette du four. Plus une plaque de fonte amovible placée au fond du foyer en opposition à cette zone de mauvaise combustion du bois comme indiqué par Antoine. J’ai donc quelques questions destinées aux initiés munis du brevet de pilotage Godin:
    Comment décendrer facilement, la grille mobile au fond du foyer n’étant munie d’aucune tirette ?
    A quoi sert l’ouverture de l’air secondaire car contrairement aux indications du manuel, il semble que l’engin bistre moins lorsque celle ci est fermée ?
    Mon appareil me semble faire beaucoup de bistre alors que je n’utilise que du chene sec de 5 ans gardé dans une grange et que le tirage de la cheminée est excellent ?
    Comment pousser un peu plus les feux pour bruler ce bistre ? car je pense que ce probleme est dù à une combustion incomplete. Je n’ai pas pu dépasser 8 soit 210° en température maxi du four.
    A popos de bistre connaissez vous Bistre A9 destiné au nettoyage des fourneaux et cheminée?
    Je confirme la consommation journalière en bois d’Antoine soient 2 brouettes (si nous possedons les memes brouettes bien sur). Je confirme également le démarage du matin: quelques buchettes sur les braises en ouvrant la porte du cendrier 5 mn et c’est reparti..
    Pour répondre au probleme de nettoyage de la taque, il ne faut bien sur utiliser aucun abrasif mais je n’ai pas plus d’expérience.
    En conclusion, réunissons nous pour éditer le manuel du parfait utilisateur de chatelaine (sourires grivois interdits) que nous pourrions vendre au prix d’une cocotte Godin.

    1. je pense avoir des problèmes identiques et la dame chatelaine n’est installée que depuis une petite semaine, alors j’espère trouver la solution afin que dame chatelaine me donne satisfaction, que je puisse cuire ma soupe et cuire mon poulet au four, ce qui n’est pas le cas pour le moment,

  18. Bonjour, j’ai commandé une Godin « promes » ; Quelqu’un aurait-il un retour d’expérience à partager?Merci, JL

  19. Bonjour, pour ceux qui hésiteraient à faire la dépense d’une châtelaine (si vous devez créer le conduit jusqu’au toit, ce qui fut mon cas, et double le prix), la solution du modèle Godin « promes » est possible: j’en ai l’usage depuis quatre mois, et je suis étonné du rendement de l’instrument pour la cuisine par exemple: avec trois bûches une fois allumée, elle cuit la nourriture pour trois jours! On verra cet hiver pour le côté chauffage, mais cette « petite » (plus petite que la châtelaine, mais enfin elle est jolie quand même dans une cuisine!) pour la cuisine est absolument épatante. Pour l’instant, rien à dire sur la qualité, ni sur le tirage excellent. JL

    1. Salut Jean-Louis,
      Merci de tes commentaires. Visiblement, pas d’utilisateur promes qui passait par là… :o)
      Veux tu dire par contre que depuis quatre mois, donc mai,juin,juillet,août tu as fait de la cuisine au bois ? vous avez tous décidé de perdre des kilos en faisant de votre cuisine un hammam permanent ? ;o)
      et question tirage justement, quand il fait 30° dehors, ça doit être plutôt moyen non ? ^_^
      Bon, en tout cas, merci de ton retour d’expérience, il intéressera sûrement quelques utilisateurs….
      Antoine

      1. Salut, en fait elle est installée dans une cuisine d’hiver, dans un bâtiment annexe à la maison, aux murs très épais et il ne fait jamais chaud à l’intérieur! Le tirage est très bon car le tuyau de cheminée dépasse le faîte du toit; avec du bois sec, même pas de fumée ou presque. La cuisinière bois est une expérience de gestion économique de l’énergie, on peut y cuire confiture, conserves, etc…tout en cuisinant pour les repas, on règle le tirage selon les besoins. Les aliments n’ont pas un goût différents, mais la cuisson lente donne un moelleux particulier…
        Jean-Louis

        1. Bonjour Jean Louis,
          Puisque vous êtes le seul utilisateur de la promes ;),je m’adresse à vous. Un an plus tard êtes vous toujours satisfait de votre Promes. Au delà de la cuisson est ce que cette cuisinière chauffe correctement?.
          Christian

          1. Bonjour, oui je suis satisfait de cet engin, qui cuit tout ce que je veux maintenant que j’en ai l’habitude, avec peu de bois: confitures, fruits au sirop; tartes, pâtés, plat mijotés…
            La cuisinière est dans une pièce que je me suis aménagée à part, dans une annexe de la maison, j’y ai des livres, les cannes à pêche, c’est un peu une cuisine, une bibliothèque, un lieu de repos et de rêvasseries! Et donc je n’y suis pas tout le temps; la cuisinière ne chauffe donc pas en continu cette pièce de 30M2 qui chauffe vite quand elle est allumée (j’ai isolé le grenier au dessus). Disons donc que cette cuisinière peut chauffer bien une grande pièce, mais pas une maison. Elle ne tient pas une nuit entière.
            Jean-Louis

            1. Bonjour,
              La pièce doit être très sympa à vivre.
              La question que je me pose et peut être avez vous cette expérience, est ce que c’est la taille du foyer et donc la longueur de buches (50 ou 33) ou est ce la capacité de réglage de la cuisinière qui permet de tenir une chauffe toute la nuit.

              Profitez bien de cette pièce qui fait au moins un envieux.
              Christian.

              1. Bonjour Christian,
                En fait les deux facteurs doivent se conjuguer! La capacité du foyer de la Promes n’est pas très grande: on peut y faire tenir quatre bûches en même temps, trois de 33, une de 40 ( en hauteur). Tout dépend aussi du bois…Je brûle pour l’instant des bûches d’élagage du jardin, bien sèches, mais c’est du fruitier, le chêne tiendra mieux. Le tirage est bien réglable, mais il ne faut pas compter sur plus de 4 heures de chauffe sans recharger. Il reste de bonnes braises, et la pièce, le matin, si on l’a quittée la veille vers II heures, est encore tiède!
                Jean-Louis

  20. bonjour,
    nous venons de faire installer une cuisiniere chauffage central, à bois, la chatelaine 5155 de chez godin, les radiateurs chauffent bien mais visiblement il y a un réglage que nous n’avons pas encore trouvé car je n’arrive pas à faire monter le four en température et j’ai du mal à faire cuire une soupe …. il ne semble pas pourtant y avoir trente six façons de régler, un voisin m’a dit qu’il faudrait peut etre réduire le débit d’eau dans les radiateurs et que ainsi elle chaufferait plus …. bref pour le moment nous ne sommes pas très satisfaits.
    Avez vous des conseils à nous donner.

  21. bonjour Jeny j’ai egalement une Chatelaine avec bouilleur. Effectivement le mode d’emploi de l’appareil est tres succinct.
    Je parviens à monter la température du four jusqu’a 6 mais cela ne dure jamais tres longtemps. Il semble qu’il faille pousser le levier « four » à droite, utiliser du bois sec et surtout fendu en petites buchettes (et regarnir le foyer souvent). Les radiateurs absorbant la presque totalité de la chaleur, je regle la vanne 3 voies sur 70°, il y a aussi la possibilité de reduire la temperature des radiateurs. mais j’ai parfaitement reussi a saisir de la viande rouge sur la taque et cuire des terrines dans le four. Il est bien evident que ce style de fourneau est plus conseillé pour de la cuisson lente et douce. Une soupe cuit parfaitement en deux heures.
    Il peut y avoir aussi un probleme de tirage certains jours lorsque le temps est « bas ».
    J’ai constaté un phénomene: lorsque j’ouvre le rond de chargement sur le fourneau (attention, pas la grande ouverture supérieure mais seulement le « rond ») on voit tres bien les fumées tourbilloner à l’interieur du haut vers le bas ce qui semble indiquer que le tirage est bon. Mais il semble que la tirette d’air secondaire (porte supérieure) n’ai aucun effet.
    Enfin lorsque la combustion est mauvaises, en particulier avec de grosses buches, le fourneau goudronne un peu.
    Si d’aucun d’entre vous a quelques infos à glisser ici pour nous aider à mieux connaitre ce sacré fourneau, il sera le bienvenu et merci à Antoine d’avoir ouvert ce blog bien utile.

  22. re bonjour,
    petite question: l’un ou l’une d’entre vous aurait il utilisé une Chatelaine récente (celle officielement réservée au bois et donnant droit au credit d’impot) avec du charbon ?
    Il semble que le charbon dégage une plus grande chaleur et dure plus longtemps (jusqu’au petit matin).
    Je suis tenté de faire quelques essais mais qu’en est il de la production d’oxyde de carbone ?
    Merci

  23. Je suis très en retard, nous sommes le 10fevrier 2013, mais j’ai adoré cet article et en connaissance de cause car nous avons une cuisinière châtelaine au bois depuis 2006. La notre possède un bouilleur qui nous permet de faire toute l’eau chaude et à l’automne nous allons refaire le toit et isoler les combles et rajouter le branchement de trois radiateurs dessus. Depuis janvier nous sommes en pré-retraite et quasiment toute la journée à la maison ce qui nous permet de chauffer uniquement avec le bois mais nous avons tout de même une chaudière électrique pour faire l’appoint et maintenir la maison hors gel lorsque nous ne sommes pas là. La surface à chauffer pour le moment est de 200m2 et pour chauffer en grande majorité avec le bois il nous faut entré 12 et 15 stères par année. Nous habitons la Haute Savoie et chauffons souvent plus de 7 mois par année. D’autre part j’adore cuisiner avec le bois et n’utilise que cela des que la cuisinière est allumée. Merci pour l’humour. Si vous me lisez, donnez-moi des nouvelles.

  24. Bonsoir Clelie,
    juste une petite reflexion a propos de votre future installation: la Chatelaine avec bouilleur n’a pa une puissance phenomenale sur le circuit d’eau chaude alors prenez garde au nombre de vos radiateurs branchés sur ce circuit.
    Votre consomation de bois me semble tres tres raisonnable pour etre utilisée en region relativement froide. Bravo.
    Avez vous une circulation d’eau chaude avec vanne 3 voies? en etes vous satisfaite?
    A bientot

  25. bonjour a tous,
    nos problemes de Chatelaine sont tres souvent des problemes de fourneau a bois. Voila bientot 3 ans que j’utilise la mienne et j’ai découvert a postériori que beaucoup de mes soucis viennent principalement de la qualité du bois, d’une méconnaissance de l’usage de ce genre d’appareil et parfois de problemes météorologiques. Certes la Chatelaine n’est pas parfaite et souffre maintenant d’une finition baclée (fréquent problemes de charnières, matériaux trop légers) je regrette les appareils autrichiens, je ne le cache pas.
    Le bois: une regle essentielle: voir le bois chez votre vendeur avant de se le faire livrer. Les sites de vente sur internet proposent tout et n’importe quoi: un vendeur qui me jurais ne livrer que du chène est arrivé chez moi avec des morceaux de poteau téléphonique et autres rebuts, il m’a fallu appeler la gendarmerie pour qu’il reparte avec son bois sans dédomagement pour son déplacement. Un autre m’a livré du bois de moins d’un an de sechage, mais je ne le savais pas: résultat un bois qui ne brule pas et goudronne. J’ai investi dans un appareil a mesurer l’humidité.

    La Chatelaine, grosse consomatrice de bois tout de meme: j’ai brulé 6 cordes cet hiver qui n’était pas froid et j’en commande 10 cordes pour l’année prochaine; cela dit, si elle ne tient pas réellement la nuit, elle repart facilement si il reste quelques braises le matin. Le décendrage ? j’attends toujours que Godin m’explique comment faire: je bidouille tant bien que mal avec une tige de fer qui me sert de levier pour faire vibrer la plaque de décendrage. Je vide le tiroir a cendre toutes les 48h.
    Je conseille du bois fendu et non des buches. 2 ans de sechage sinon 3 mais pas plus. Si votre feu marche trop fort je n’ai aucune solution sinon attendre que le bois est complétement brulé. Ramonage indispensable tous les 4 mois, et nettoyage des carneaux tous les 3 mois: 2 heures de travail puis nettoyage de la cuisine ensuite a cause de la poussière et des cendres.

    La cuisson? oui avec du bois de bonne qualité je peux saisir de la viande, cuire un roti, des oeufs dans un plat en porcelaine, cuire soupes et légumes et surtout, mijoter une viande au four dans une cocotte pendant 8h.
    Essayez un gigot de chevre ou d’agneau, un cuissot de chevreuil, du porc…. c’est fabuleux. N’oubliez pas de faire faire a votre plat une rotation de 180° toutes les heures (la chaleur est tres mal répartie) et vous ne voudrez plus jamais utiliser un autre mode de cuisson.

    Reste un mode d’emploi serieux a écrire mais pour cela il vaux mieux s’adresser a Lohberger en Autriche ou Hesse en Grande Bretagne…
    Bon courage

  26. Une petite remarque à propos de cette synthèse intéressante: si on le peut (place disponible) il est très utile de faire rentrer son bois un an ou plus à l’avance et de l’exposer au soleil (tout en le protégeant de la pluie!), ce qui change tout pour l’encrassement des tuyaux.
    Aussi, pour la gourmandise en bois des appareils: il est utile de cuisiner en lançant son engin pour quatre ou cinq plats d’affilée ou en même temps, ce qui économise du bois et du temps car les jours suivant on a des réserves, et on n’est pas obligé de consommer du bois…

  27. Bonjour à toutes et tous,
    Nous avons besoin de vos lumières pour la gestion de la chatelaine.
    Nous rentrons d’un week en aveyron chez notre meilleur ami;-4°; maison glacée car vide depuis trois mois…
    Comment très vite obtenir la circulation dans les radiateurs? La tirette sur le devant du four sert à quoi?
    Nous l’avons utilisée sans la forcer car pas au jus de son fonctionnement et peur de faire des conneries. Faut-il la bourrer au départ? mettre du charbon, nous en avons vu dans la cave?
    Par contre, nous avons compris que la qualité du bois et notamment le séchage est important et que la circulation se fait une fois le cumulus à température….
    Merci de nous guider car n’avons pas trouvé le mode d’emploi et nous devons y retourner pour entretenir la maison car malheureusement Pascal est DCD. Toutes les vannes étaient ouvertes… mais nous devons être un peu cruches et émus, c’est évident!
    Par avance, Merci de votre aide, à sa mémoire Fabienne

    1. Bonjour, je trouve votre message sur votre probleme de chauffage auqquel je répondrai plus longuement ce soir mais avant tout rapellez moi:
      -la Chatelaine est bien branchée sur un circuit d’eau de chauffage central avec radiateurs.
      – le circuit est plein? pas de fuite ? avez vous essayé de remettre de l’eau dans le circuit jusqu’au débordement du vase d’expansion? Il doit y avoir une pompe, un circulateur d’eau près de la chaudière, avez vous essayé de le mettre en route?
      – avez vous allumé le feu et la Chatelaine chauffe t elle correctement ?
      – Savez vous quand a été fait le dernier ramonage ?
      Après ces questions basiques j’essayerais de vous aider car j’en ai moi meme une sans doute identique.
      A plus tard et bon courage

  28. j’ai acheté la Godin promess en décembre dernier; elle goudronne et cela malgré une ouverture du joint de tirage. les tuyaux, vu la buse en décalage sur la droite, ont un coude en hauteur. Les fumées, à mon avis, ne parviennent pas à s’évacuer normalement puisque, à la sortie du tuyau, elles doivent encore faire un détour pour sortir dans la cheminée; de plus, à chaque ouverture de la porte pour le chargement du bois, une bonne bouffée de fumée vous revient dans la figure; qui connait ce problème ? je suis très déçue d’autant plus que l’ai connu la Godin arpège.

  29. Bonjour, je crois que votre analyse du problème est juste, c’est le tuyau d’évacuation qui doit mal évacuer…Il faut aussi impérativement brûler du bois bien sec, sinon ça goudronne. Je ne crois pas que la cuisinière soit en cause, ne rencontrant pas ces inconvénients. Après trois ans d’utilisation (fréquence moyenne) elle donne entière satisfaction.

    1. Le bois brulé correspond parfaitement au pourcentage d’humidité requis pour une bonne combustion puisque testée par le vendeur; il s’agit d’une promess nouvelle génération : buches de 5O cm ! qui connait ce problème ? esthétiquement, elle est très belle mais coté fonction, elle n’a rien à envier à arpège.

      1. Alors je ne vois que la question du tirage en cause: le tuyau est-il bien orienté par rapport au toit, y a-t-il assez d’air pour évacuer les fumées?Ouvrez-vous suffisamment les tirettes pour activer la combustion au début du feu?
        En tout cas, je rejoins les commentaires enthousiastes sur ce forum sympa, faire cuire son pain et mitonner ses plats dans le parfum du bois est plus que savoureux: c’est une façon de vivre!!

  30. Salut Antoine,

    Superbes articles ! Tu sembles être devenu (probablement malgré toi) un ambassadeur de référence de la cuisinière à bois.

    Est-ce que tu pourrais nous refaire un court article concernant la cuisine sur Châtelaine (avec quelques photos de cette belle machine) pour terminer ce triptyque en beauté ? :)

    Merci beaucoup !

    Charles

    1. Hello,
      Oui, c’est prévu, surtout que je suis en train d’acheter une crédence inox qui habillera l’espace mural entre la hotte et les cuisinières. Oui, avec tous ces fours, 1 bois et deux électriques, 5 brûleurs gaz et la grande plaque en fonte de la cuisinière et ses diverses zones de températures, ce sont véritablement plusieurs cuisinières en une ! En ce moment, nous nous en servons aussi beaucoup, comme il fait tout de même plus chaud qu’au mois de février, on n’allume plus forcément l’insert, mais on prend plaisir à faire le feu dans la cuisinière bois, et surtout à s’en servir pour la cuisine! J’adore toujours autant m’en servir. Toujours facile à allumer, et les pains et tous les autres plats ont vraiment une saveur particulière. Peut-être parce qu’au travail de cuisine s’ajoute le travail de la gestion du feu dans le foyer, une gestion nécessaire pour atteindre et maintenir les températures souhaitées, qu’elles soient hautes, moyennes ou plutôt basses, il faut dans tous les cas toujours allier la gestion du bois qu’on met dans le foyer, et la gestion des deux aérations (primaire et secondaire). Peut-être cela ajoute-t-il une certaine saveur au plat, pour le cuistot comme pour ceux qui en profitent. En tous cas, comme nous avons la chance de faire notre pain nous-mêmes, c’est encore plus un plaisir de le manger en ce moment. La cuisson au bois apporte clairement quelque chose. On le sait tous pour l’apprécier dans les boulangeries qui pratiquent encore cela, ou en mangeant des pizzas ou tartes flambées chez ceux qui les font encore traditionnellement, ceux-ci et les autres se faisant de plus en plus rares…
      Mais avec notre pain sans gluten, on se régale encore plus de toute façon!
      Bref, c’est toujours un plaisir, c’est ce que je voulais dire. Et je le redirai dans un article, tantôt… (?) ;)
      Antoine

      1. Bonjour Antoine,
        Merci pour cet excellent article et vos mises à jour dans les commentaires au fil des années. Avez-vous prévu ce fameux nouvel article concernant l’utilisation de votre Godin (qui j’en suis sûre, passionnera le plus grand nombre, dont de nombreux – comme moi – qui débattent toujours l’acquisition d’une de ces bêtes !).
        Merci encore
        Kate

        1. Bonjour, Kate,
          Désolé, j’ai laissé traîner la validation de votre commentaire, je l’avais mise de côté, bien trop visiblement! ^_^
          J’en ai profité pour mettre à jour le blog et son apparence.

          Merci pour vos encouragements! Nous utilisons toujours la Châtelaine, avec un plaisir en adéquation avec nos attentes. Elle est encore jeune, 8 ans plus ou moins et ne présente toujours aucun défaut important.
          Nous en prenons bien soin, elle est nettoyée quotidiennement et est utilisée matin, midi et soir. Nous utilisons la partie bois chaque fois que nous le pouvons (l’isolation grandissante de la maison ne nécessite plus un usage simultané de l’insert et de la cuisinière), comme ce soir encore où j’ai cuit un pain, sur la partie bois, avec le plaisir de savoir quel bon goût allaient avoir quelques tartines demain! Ce sont de petits plaisirs comme cela qui nous font avancer. ^_^
          Quel plaisir aussi de cuisiner avec une table en fonte chauffée sur toute sa surface, les casseroles bougent et dansent sur ce chaud revêtement suivant les pas précis d’une température souhaitée, j’adore cuisiner ainsi, le bruit du feu indique l’importance ou non de la chaleur à venir, la plaque présente des températures différentes permettant ainsi toujours une cuisson juste (comme avec un bouton de réglage d’une cuisinière à gaz ;) )!
          Bien sûr, il y a l’usure de certaines pièces. Ce mois-ci, d’ailleurs, aura vu passer la première opération de maintenance sur notre cuisinière Godin Châtelaine. Nous avons changé les joints de la cuisinière et de l’insert. Ensuite, un des gonds de la porte du grand four électrique (celui sous les quatre plaques de gaz) a cassé, nous avons dû le changer. Le four est très utilisé, du fait de notre cuisine, et surtout de la cuisson des pains (un tous les 2j en moyenne), un gond en huit ans ne me paraît alors pas déraisonnable. Plus embêtant, les LED de l’horloge se sont estompées avec le temps, jusqu’à s’effacer complètement. Nous l’avons donc fait changer aussi lors de cette intervention. C’était la première fois que l’installateur notait une telle panne. Vivant en milieu isolé, nous sommes en bout de ligne électrique, et ayant eu pendant plusieurs années une installation triphasée, les coupures impromptues de courant furent monnaie courante. Je pense que toutes ces sautes de courant ont accéléré le processus de dégradation d’un affichage électronique (lui-même peut-être particulièrement fragile). Cela n’a jamais gêné la cuisson, totalement indépendante de cette bidulerie électronique. Depuis que nous sommes repassés en monophasés, hormis les deux-trois coupures annuelles dues à des accidents sur le réseau, tout va bien. Nous avons donc aujourd’hui un affichage tout neuf.
          Ce n’est qu’un simple mécanisme électronique à changer, et, sur ces modèles de Châtelaine (je ne sais pas si aujourd’hui le modèle n’a pas évolué dans sa conception), le démontage des parois ou l’accès aux pièces à changer sont assez faciles. L’installateur qui a opéré ces maintenances n’a pas pris des heures pour faire cela.

          Voilà, une maintenance en 8ans, je trouve cela plutôt raisonnable, surtout vu les pièces impactées. Notez, sauf les fours électriques, le reste n’est que mécanique et robinetterie.

          Oui, vous avez raison, je devrais refaire un article… Cette cuisinière est une pièce importante de notre foyer, elle mérite bien qu’on s’y attarde. ^_^
          Je vais m’y atteler…

          Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *